Accompagnement pour le retour au travail

roue dentée multicolore
Dans le cadre de l’emploi assisté, le coach s’assure de la participation de toutes les personnes concernées. (Pixelio.de / Karin Jung)

Les mesures de réintégration sur le marché du travail de quelque 16 800 personnes bénéficiant de rentes AI, prévues par la 6e révision de l’AI, peuvent être facilitées par le programme « Supported Employment ». Ce programme d’emploi assisté tient compte du travail comme moyen de réadaptation. 

Ce programme d’emploi assisté s’inspire d’un modèle qui a vu le jour aux Etats-Unis. Il a été conçu à l’intention de personnes éprouvant des difficultés d’apprentissage ou souffrant d’un handicap mental. Il a été démontré que les personnes en situation de handicap, même grave, peuvent réussir à intégrer le marché du travail lorsqu’elles bénéficient d’un soutien individuel et à longue échéance. Cette réussite ne concerne pas uniquement des types particuliers de handicap ; entre-temps, de nombreux projets d’emploi assisté ont démontré que toute personne en situation de handicap peut bénéficier de mesures d’intégration en milieu de travail.

Soutien d’un job-coach

Selon le modèle d’emploi assisté, un coach accompagne la personne atteinte dans sa santé dans ses démarches de recherche d’emploi, en plus d’être la personne de contact pour l’employeur, les collègues, les supérieurs ainsi que pour les proches. Un tel accompagnement peut ainsi contribuer à atteindre deux objectifs : d’une part, de prendre en considération les objectifs et préférences de la personne concernée et d’autre part de réduire la stigmatisation.    

« Monter à bord du train »

Le programme d’emploi assisté se base sur le principe que la réadaptation professionnelle est plus efficace lorsqu’elle s’effectue dans de réelles conditions de travail plutôt que dans le cadre d’un atelier adapté, ce qui correspond à l’approche la plus courante. Il constitue ainsi une approche très différente du modèle normalement appliqué.

Toutefois, l’emploi assisté n’est pas qu’une simple approche méthodique de la réintégration professionnelle, mais se base plutôt sur une vision différenciée de la personne en situation de handicap ainsi que sur la façon dont les institutions peuvent soutenir la réintégration. L’emploi assisté se base sur des principes et valeurs tels que :

  • L’autodétermination et la possibilité de choisir
  • L’inclusion et la participation
  • Un soutien individuel, économique et proche du lieu de domicile
  • L’égalité des chances, protection contre la discrimination
  • L’orientation selon les capacités et qualité de vie
Personne en fauteuil roulant en entretien avec un conseiller.
Un coach soutient les personnes en situation de handicap tout au long du processus de recherche d’emploi. (Photo: paramedia)

Taux d’intégration

Diverses études internationales démontrent que, comparé aux méthodes de réadaptation traditionnelles, un programme d’emploi assisté favorise une meilleure intégration. Des chercheurs de l’Université de Zurich ont démontré, dans le cadre d’une étude réalisée en 2007, que les personnes souffrant d’un handicap psychique pouvait effectuer un travail de façon beaucoup plus efficace que ce que l’on avait longtemps assumé. Ainsi, 312 participants ont été assignés directement à un travail, sans entraînement préalable, et ont bénéficié d’un suivi intensif de leur coach. Les résultats obtenus à travers le programme d’emploi assisté étaient très surprenants. Ainsi, 42% des participants à Zurich ont pu se trouver un emploi et le maintenir.

À la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, le programme d’emploi assisté a déjà fait l’objet d’une étude en 2003. En raison des résultats positifs, le programme a été mis en place dès fin 2005.

Éléments du concept appliqués depuis 25 ans

En Suisse, depuis la fin des années 90, de nombreux modèles de placement et d’accompagnement ont fait l’objet de discussions ou ont été mis en place. En Suisse alémanique, diverses institutions appliquent déjà depuis les années 80 des éléments de l’emploi assisté. Parmi celles-ci, la Fondation ESPAS s’engage depuis 1982 pour la réadaptation et l’intégration professionnelle de personnes qui, en raison de leur situation de santé, ne peuvent travailler à temps complet. 

Ces éléments comportent entre autres des mesures d’intégration telles qu’examens, coaching ainsi que divers entraînements. Selon la situation du participant, c’est-à-dire ses besoins, objectifs ou antécédents, les intervenants d’ESPAS définissent un plan d’intégration sur mesure. Toutefois, malgré de telles mesures, tous ne réussissent pas l’intégration. Pour ces personnes, ESPAS met à leur disposition des postes d’intégration, c’est-à-dire des emplois qui peuvent être effectués sans stress, surcharge psychique ou délais serrés, mais qui toutefois comportent certaines exigences.
ESPAS collabore avec les assurances sociales et privées et avec les autorités. Aujourd’hui, la fondation, grâce à son savoir-faire, ses spécialistes et des mesures ciblées, est un acteur principal dans de nombreux domaines, de la détection précoce jusqu’à la réintégration de personnes avec capacités de travail réduites.

Marcel Fluri (d.), directeur d’ESPAS, est fier de la distinction qui leur a été décernée. (Photo: Felix Brodmann)
Marcel Fluri (d.), directeur d’ESPAS, est fier de la distinction qui leur a été décernée. (Photo: Felix Brodmann)

Chemin très étroit

Pour son engagement, la Fondation ESPAS s’est vu remettre le Golden Headset Award. L’entreprise zurichoise a réussi à convaincre le jury dans la catégorie Corporate Social Responsibility (responsabilité sociale d’entreprise) pour son engagement innovateur et socialement responsable démontré lors de l’exécution d’un contrat de grande importance économique pour l’entreprise Neopost Suisse. Malgré les capacités limitées des participants, l’entreprise a réussi à développer un concept en français et ainsi de s’assurer l’appui d’un client d’importance.  

« Nous pouvons à présent offrir un travail intéressant à nos employés », explique Marcel Fluri, directeur de l’entreprise. « Pour se rendre si loin, il aura toutefois fallu surmonter quelques obstacles. Nous devons en tout temps maintenir l’équilibre entre les demandes de nature sociale ou économiques de notre entreprise. »

Les institutions INSOS, qui offrent un accompagnement aux entreprises (job coaching, emploi assisté) :

 

 

Texte: PCM - 10/2010

Traduction: MyH - 01/2013

Photos: Felix Brodmann / paramedia / pixelio

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!