Travail: mettre fin à l’exclusion

Classeur avec onglet qui indique "rendez-vous".
Le travail contribue à une meilleure structure des activités quotidiennes. (RainerSturm/pixelio.de)

Avec pour objectif de faciliter l’accès au marché du travail pour les personnes en situation de handicap, les 5e et 6e révisions de l’AI ont remis le thème de l’intégration (ou réintégration) au centre des préoccupations.

La 6e révision de l’AI constitue la troisième et dernière étape du plan d’assainissement de l’assurance-invalidité (AI). La 5e révision avait permis d’améliorer les conditions de réintégration des personnes en situation de handicap sur le marché du travail. Concrètement, cela signifie que le nombre des personnes bénéficiant de rentes complètes (250 000 en 2010) devrait être réduit de 5% d’ici 2018.

Ainsi, les quelque 16 800 personnes bénéficiant d’une rente AI devraient être en mesure de réintégrer le marché du travail. Bien que tous soient convaincus de l’importance d’une réintégration réussie, l’aboutissement d’une telle entreprise suscite des réactions différentes auprès des acteurs principaux, dont les secteurs politique et économique ainsi que les associations de personnes handicapées.

Un tas de billets suisses éparpillés sur une table. (Photo: Kurt Michel / pixelio.de)
Le travail permet d’améliorer la situation financière. (Photo: Kurt Michel / pixelio.de)

Assurer sa propre subsistance de façon responsable

Le concept d’intégration englobe un vaste domaine. D’une part, il est associé à l’égalité des chances, et d’autre part à la problématique liée à la précarité, la pauvreté et l’exclusion. Les personnes souffrant d’un handicap psychique ou physique sont particulièrement touchées par de telles situations. En termes d’intégration, les institutions gouvernementales poursuivent divers intérêts.
Pour les assurances sociales telles que l’assurance-invalidité, l’intégration signifie en premier lieu la participation au marché du travail. L’intégration concerne donc l’employabilité ainsi que la capacité de subvenir, du moins en partie, à ses propres besoins.

C’est cet aspect en particulier qui devrait inciter les personnes en situation de handicap à tirer parti des possibilités qui leur sont offertes en termes d’intégration ou de réintégration. Bien qu’un salaire assuré ne constitue pas la seule condition permettant d’éviter les situations critiques, un travail offre toutefois la possibilité d’améliorer la situation personnelle, du moins sur le plan financier.

Plus grande estime de soi

Toutefois, un travail ne signifie pas uniquement un moyen de gagner sa vie. Que nous soyons en situation de handicap ou non, nous avons tous besoin de poursuivre une tâche et de nous sentir utiles. Cela favorise notre estime de soi, ce qui contribue à un meilleur équilibre psychique.    

De nombreuses personnes se définissent à travers leur profession. Au cours des dernières décennies, la société européenne a connu de grands changements. Aujourd’hui, le travail permet davantage à l’individu de se réaliser ou de poursuivre ses propres intérêts.

Si la notion du travail comme facteur identitaire a également perdu en importance, celui-ci continue néanmoins à définir, du moins en partie, l’identité et la personnalité. Dans une certaine mesure, le travail et le salaire déterminent la position sociale de l’individu.

Le travail est souvent le père du plaisir. (Voltaire, philosophe français 1604-1778)

D’abord et avant tout, le travail favorise l’intégration au sein de la société. Un travail, une activité ou une tâche peuvent contribuer à donner un sens à notre existence. La perte d’un emploi peut entraîner un manque de structure quotidienne et mener à l’isolement, avec des conséquences pour la santé psychique ou physique. En revanche, le travail est un élément important de la vie en société.

Loin de signifier uniquement l’exécution de diverses tâches, il comprend aussi le travail au sein d’une équipe ou encore la poursuite d’objectifs communs. Le travail au sein d’une entreprise peut donner lieu à de nombreuses rencontres et à de nombreux échanges ; en effet, les discussions prenant place durant la pause café font également partie du milieu de travail.

Un cinquantenaire en conversation téléphonique.
Le travail offre aussi la possibilité de s’amuser. (Rainer Sturm/pixelio.de)

Savoir relever les défis

Il est donc à souhaiter que les objectifs concernant l’intégration des personnes en situation de handicap sur le marché du travail puissent être atteints, non seulement en vue de soulager l’assurance-invalidité, mais également dans l’intérêt de toutes les personnes concernées qui souhaitent être indépendantes sur le plan financier, intégrées sur le plan social ou encore qui cherchent un nouveau sens à leur existence.


Texte: PG – 09/2010

Traduction: MyH - 01/2013

Photos: pixelio.de

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!