Travail et handicap – qu’en est-il de mon emploi?

L’intégration professionnelle est soutenue par l’assurance-invalidité. (Photo: Paramedia)
L’intégration professionnelle est soutenue par l’assurance-invalidité. (Photo: Paramedia)

Lorsque l’on doit apprendre à vivre avec une situation de handicap, de nombreuses questions se posent à nous. Une fois les soins de bases assurés, qu’en est-il de notre avenir professionnel ? Il n’est pas rare d’avoir à faire face à des craintes existentielles.

Il existe toutefois des possibilités de soutien à la réintégration professionnelle ; voyez ici quelles ressources sont disponibles.

En Suisse, l’assurance-invalidité (AI) est le premier point de contact en ce qui concerne l’intégration professionnelle de personnes en situation de handicap. Les assurés ont accès à des mesures d’intégration leur permettant de maintenir, de rétablir ou d’améliorer leurs capacités de travail.

Selon le principe « la réadaptation prime la rente », les mesures d’intégration dans le marché du travail viennent en premier lieu. Le droit à une rente sera attribué seulement lorsque des raisons de santé empêchent la réadaptation ou la réinsertion dans la vie professionnelle.

Prestations de l’AI

  • Orientation professionnelle

Les services d’orientation professionnelle interviennent d’abord pour établir le profil de la personne assurée. Il s’agit d’identifier ses intérêts, compétences et préférences en vue de déterminer quelle activité professionnelle lui convient. Les prestations comprennent des consultations, et en cas de besoin, des tests psychologiques. Selon les circonstances, il peut être nécessaire d’engager des mesures d’instruction professionnelle sur le marché du travail ou au sein d’entreprises spécialisées.

  • Formation professionnelle initiale

La formation professionnelle initiale concerne les personnes n’ayant pas exercé d’activité professionnelle et qui, en raison de leur situation de santé, devraient débourser des frais supplémentaires pour une formation (à raison de minimum CHF 400 par année). Cette formation devrait permettre à l’assuré, en lui donnant les moyens appropriés, d’exercer une activité professionnelle. L’AI n’assume pas la totalité des coûts mais seulement ceux engendrés par la situation d’invalidité, en comparaison avec ce que la même formation coûterait à une personne en bon état de santé.

  • Reclassement

Les mesures de reclassement de l’AI ont pour but de maintenir, de rétablir ou d’améliorer les capacités de gain de l’individu. De telles mesures seront entreprises dans le cas où l’assuré avait complété une formation avant la situation d’invalidité ou avait exercé une activité professionnelle. L’AI prend alors en charge les coûts de reclassement. Cela peut comprendre un apprentissage, une formation de base, divers cours, entre autre de formation continue, ou encore la réinsertion dans un autre secteur d’activité. Le reclassement doit permettre à l’assuré de poursuivre une activité lui assurant un salaire équivalent à ce qu’il touchait avant la situation d’invalidité.

  • Placement

L’aide au placement offre un soutien à l’assuré dans sa recherche d’un emploi approprié. De telles mesures comprennent entre autres une aide à la préparation du dossier de candidature ou encore à l’entretien d’embauche. L’assuré peut également bénéficier d’un soutien pour maintenir son emploi actuel. Idéalement, le placement s’effectue au sein de l’entreprise même où l’assuré était employé avant qu’il ne souffre d’atteintes à sa santé.

  • Allocations d'initiation au travail

Un employeur peut bénéficier d’allocations d’initiation au travail, lorsque l’embauche s’effectue par l’entremise d’une agence de placement et que l’assuré ne peut fournir un travail correspondant au salaire alloué.

  • Indemnités journalières

Les indemnités journalières visent à compléter les mesures d’intégration de l’AI. Elles viennent assurer les frais de base pour l’assuré et sa famille durant la période de réinsertion. Dans certains cas (par ex. lorsqu’il n’y a pas de perte de gains due à la situation d’invalidité), l’AI n’octroie pas d’indemnité journalière.

Quelles sont les procédures?

Les personnes qui veulent bénéficier de prestations de l’AI doivent s’inscrire le plus rapidement possible à l’office AI de leur canton. L’AI prend en charge les coûts engendrés par les mesures de réintégration à partir de la date de la demande. On peut se procurer le formulaire auprès des offices AI, des caisses de compensation de l’AVS ou encore d’une succursale AVS.

Texte: hia - 11/2009

Traduction: MyH - 01/2013

Photos: paramedia

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!