Savoir se prendre du temps pour éviter l’épuisement

Des doigts qui tapent rès vite sur le clavier.
Toujours plus de travail, toujours plus vite. Vient un temps où il est difficile de maintenir l’équilibre entre les exigences de l’extérieur et ses propres ressources.(Rainer Sturm/pixelio.de)

Un peu partout, de plus en plus d’individus atteignent leurs limites. Ils se sentent stressés et n’arrivent plus à maintenir l’équilibre entre les exigences venant de l’extérieur et leurs propres possibilités. Il importe donc de plus en plus de savoir gérer le stress.

Le terme « stress » fut introduit au cours des années 30 par Hans Selye, médecin canado-autrichien d’origine hongroise. Il est connu pour être le père de la recherche sur le stress ; au cours de sa carrière, il n’a publié pas moins de 1700 ouvrages et 39 livres à ce sujet.

Au moment de sa mort, en 1982, ses ouvrages étaient cités dans plus de 362 000 publications ainsi que dans de nombreux récits, et ceci dans toutes les langues, partout à travers le monde. En résumant l’œuvre de sa vie, Selye a dit: « J’ai offert au monde un nouveau concept : le stress ».  

Le stress positif

Le mot « stress » fait désormais partie de notre langage courant. Si cela tient surtout à sa connotation négative, il ne faut pas pour autant oublier le stress positif (que Hans Selye a identifié comme « eustress »). Celui-ci se caractérise par un stimulus qui influence l’organisme de façon positive. En ce sens, il existe une notion d’excitation, ou de stress, qui est essentielle à la survie de l’organisme.  

Le stress positif augmente notre capacité de concentration et favorise une efficacité maximale de notre corps, sans toutefois lui nuire. Il exerce également une influence positive sur nos capacités physiques ou psychiques. Ainsi, les charges qui provoquent un stress sont perçues comme positives tant et aussi longtemps que l’individu arrive à les gérer sans qu’elles ne lui nuisent. Hans Selye a qualifié le stress positif de « piment de la vie ».

Le stress négatif, stress qui rend malade

Le stress négatif, quant à lui, sera perçu comme désagréable, menaçant, voire intolérable. Il sera interprété de façon négative lorsqu’il apparaît fréquemment, qu’il nuit à l’équilibre physique ou psychique et que les stratégies de gestion du stress ne fonctionnent plus.  

En cas normal, une phase vécue comme source de stress sera suivie par une période de régénération, soutenue par suffisamment de sommeil, une saine alimentation ainsi que des activités équilibrées. Dans la plupart des cas, le stress négatif ne peut plus être géré sans laisser de traces. Avec le temps, cet état entraîne une perte de concentration et d’efficacité.

Un cœur peint dans la neige.
Les sentiments de bien-être sont source d’énergie. (Katharina Wieland Müller/pixelio.de)

Une société très exigeante

La vie professionnelle et familiale nous confronte à toujours plus de défis. Les exigences de la société se sont multipliées, situation à laquelle s’ajoutent des charges de travail élevées, des horaires surchargés, la crainte de perdre son emploi, ou encore des problèmes de couple, les craintes de l’échec, la maladie, voire des problèmes environnementaux.    

À cela s’ajoute la vitesse essoufflante à laquelle les changements s’effectuent. Les défis et difficultés persistent, ce qui entraîne une perte d’énergie qui peut s’étendre sur des mois voire des années et provoquer un épuisement extrême de l’organisme. Le nombre toujours plus élevé de maladies psychiques telles que le burnout, o syndrome d’épuisement professionnel, en est une conséquence directe.   

Se protéger du stress, ou savoir le gérer

En sachant que les exigences ou les heures de travail n’iront pas en diminuant, il est devenu essentiel de se poser la question à savoir comment se protéger des effets négatifs du stress et comment le gérer. Aujourd’hui, les conseils visant à gérer ou à prévenir le stress sont aussi nombreux que les facteurs eux-mêmes. En ce sens, on distingue trois éléments principaux : connaître soi-même les raisons de ce qui cause ce stress, réfléchir à ses propres ressources, et s’assurer des moments de détente physique et psychique.

Savoir reconnaître les facteurs de stress individuels

Bien sûr, la société doit elle aussi être mise à contribution pour trouver des solutions à ce problème toujours grandissant. Dans la gestion personnelle du stress, tout en étant conscient que nous ne pouvons influencer les facteurs globaux, nous avons toutefois la possibilité de gérer notre propre situation. Le stress pathogène ne peut être maîtrisé avec succès que lorsque des changements au niveau individuel sont effectués, ce qui n’exclut pas que des facteurs externes puissent également être modifiés dans un deuxième temps.

En outre, il est nécessaire de savoir reconnaître les facteurs individuels source de stress, c’est-à-dire de se poser les bonnes questions, à savoir pourquoi nous nous sentons stressés. S’agit-il d’une surcharge de responsabilités au travail, de la crainte de la perte d’emploi, ou encore d’un sentiment d’avoir trop peu de temps pour ses propres enfants ? Afin d’agir contre le stress ou de réduire les facteurs de stress, il est nécessaire d’en connaître les raisons.

Quatre pierres plates sur l'une l'autre, pour symboliser l'équilibre.
La détente contribue à l’équilibre personnel.(Rainer Sturm/pixelio.de)

L’envie de vivre

En raison des exigences qui vont toujours en augmentant, nous disposons de toujours moins de temps où nous avons pleinement conscience des facteurs de bonheur ou de réussite. Et ce sont justement ces facteurs qui sont source d’énergie et de joie de vivre. Par conséquent, il est utile de prendre conscience à nouveau de ce qui contribue à la détente, de ce qui permet de reprendre des forces et de ressentir le bonheur. Qu’est-ce qui me fait du bien, me rend particulièrement heureux ? ce qui me donne de l’énergie, ce que je préfère par-dessus tout ?

En même temps, on peut se demander dans quel domaine de notre vie nous investissons le plus de temps et d’énergie. S’agit-il du travail, de la famille, des loisirs, de la santé ? Tandis que différentes choses sont source d’énergie, nous investissons celle-ci ailleurs. Il s’agit donc d’être conscient de ses propres ressources et de trouver l’équilibre qui nous convienne.

Des expériences, des pensées et une attitude positives sont également source d’énergie supplémentaire. Dans l’agitation du quotidien, celles-ci glissent rapidement en arrière-plan. Il est d’autant plus important de prendre conscience des aspects positifs de notre existence et de notre environnement. Même des petits événements, d’apparence insignifiante, peuvent générer des sentiments de bien-être : un morceau de chocolat, une couleur ou une odeur particulière, une musique affectionnée, ou encore s’asseoir au coin du feu.    

Détente physique et psychique

Il existe de nombreuses techniques de détente qui peuvent nous permettre de mieux réagir à des situations de stress tout en contribuant à un équilibre psychique et à une attitude positive. Les possibilités sont très diverses. Parmi les méthodes les plus utilisées, comptons :

  • Exercice physique
  • Détente musculaire
  • Massage
  • Exercices de respiration
  • Yoga
  • Entraînement autogenèse
  • Méditation
  • Acuponcture

Se détendre peut aussi vouloir dire, de temps  à autre, de ne rien faire. Cela ne signifie pas de lire un bon roman ou encore de regarder un film, mais, tout simplement, de ne rien faire.

Texte: Patrick Gunti - 04/2011

Traduction: MyH - 10/2012

Photos: pixelio.de

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!