L'agoraphobie, ou la peur d'avoir peur

L'agoraphobie touche environ 3 % de la population mondiale, essentiellement des femmes.

L'agoraphobie touche environ 3 % de la population mondiale, essentiellement des femmes. Détruisant beaucoup de vies, elle est à elle seule responsable de plusieurs autres phobies et de mal-être, tels que phobie sociale, hypocondrie, hyperventilation, stress et insomnies.

Dans la seule ville de Lausanne (Suisse), on estime à plus de 4000 agoraphobes recensés (sondage en 2012). Plus de 200'000 personnes sont touchées dans tout le pays et près de 200 millions de personnes à travers le monde. Très peu de structures efficaces existent pour aider les personnes souffrantes et hormis un traitement à base d’antidépresseurs et une série de séances chez le psy, rien n’est encore prêt pour que cette phobie taboue soit reconnue, comprise et respectée.

La peur d'avoir peur

Petite je voulais être hôtesse de l’air. Toujours passionnée par ailleurs, je rêvais de voyages. J’ai été agoraphobe durant près de 15 années. Cela a commencé vers mes 20 ans. La peur d’avoir peur. Tout est devenu très compliqué, plus d’imprévus, plus de légèreté. Une prison sans murs. J’avais peur d’avoir un malaise au milieu des gens, peur de faire une crise cardiaque, peur du regard de l’autre. J’ai fuit tous les endroits susceptibles d’avoir une source potentielle de « danger ». Je suis devenue la reine des subterfuges, des mensonges. J’avais peur tout le temps et mon entourage n’y comprenait rien. Moi non plus d'ailleurs! J’avais l’impression de devenir folle, en pleine déprime, jusqu’au jour où un psychiatre m’a dit que je souffrais d’agoraphobie. Un gros dérèglement émotionnel qui touche près de 3 % de la population, essentiellement féminine!

Il existe près de 200 millions de personnes dans le monde touchées par ce handicap invisible! Un sacré combat que j’ai mené, seule, tout en « essayant » de vivre une vie à peu près « normale ». Je suis allée voir des médecins, des spécialistes du "stress", des chamanes, des thérapeutes, des hypnothérapeutes, des réflexologues, des acuponcteurs.

Je cherchais une solution à l’extérieur de moi. Je suis devenue phobique sociale, puis hypocondriaque. Forcément tout était lié. Je tournais en rond. J’étais fatiguée, triste et me sentait incomprise. A mes 30 ans, après plusieurs décès dans ma famille, je me suis promise de continuer à me battre pour faire disparaître ce démon de saboteur émotionnel et d'y mettre fin rapidement. La vie était sacrée!

L'importance de la prise de conscience

J'ai continué de me former, de faire de plus en plus de choses, d'exercices et je n'ai jamais baissé les bras. A mes 35 ans, j'ai eu un déclic et une forte envie de me dépasser. Je suis partie seule 1 mois en Thaïlande. Un défi de taille. Il était temps d'aller au bout de mes envies, malgré la peur. J’étais encore agoraphobe mais déterminée à changer et à combattre ce démon. Alors, je suis partie, j’ai voyagé, seule, j’ai rencontré, j’ai appris, je me suis relaxée, j’ai eu peur dans la jungle de Koh Phangan, j’ai rigolé aux éclats à Koh Samui, j’ai médité devant le Big Buddha et j’ai eu une belle révélation: j’étais toujours vivante (malgré toutes les fois où je me disais que j’allais mourir!) et je vivais enfin à 100%, le voyage a participé à ma guérison. Absorbée par ce qu’il se passait tout autour de moi (la nouveauté) et à la logistique que je devais mettre en place durant ce voyage, certains moments, j’en oubliais carrément mes crises de panique!

J’ai compris alors que tout était dans ma tête et que, comme disaient mes médecins, je devais réduire le stress, me faire davantage confiance et profiter de la vie, de l'instant présent. Quel programme!

En utilisant mon cerveau de manière différente, j’allais mieux. Je n’ai pas guéri d’un seul coup de baguette magique, mais j’ai appris encore et encore et j’ai décidé de ne plus rien lâcher. J’allais m’en sortir.

J’ai continué thérapies, exercices de confrontation, relaxation et j’ai repris l’écriture. Je continuais de rêver à mes futurs voyages, je me suis mise à la photographie et petit à petit, ces angoisses ont diminué. Je n’ai pas de solution magique.

Motivation et détermination

Il faut du travail, de la motivation ou plutôt de la détermination, ça fait mal, c’est douloureux, oui… mais cela en vaut la peine! Depuis quelques années, je suis devenue une grande voyageuse. J’ai découvert seule le continent américain (USA+Canada), les îles grecques des Cyclades, j’ai dansé avec un chanteur que j'adore au milieu de 2400 personnes durant un concert, j'ai assisté à des festivals. Bref, j'ai rattrapé un peu le temps perdu... Je voyage dès que je le peux, en train, en bateau, en avion. Je me nourris de tout ce que je peux. J’ai découvert le développement personnel. Grâce à une modification de mon état d'esprit, je sais que je peux tout faire. J’avance. Encore. Et toujours. C’est mon but.

Depuis 2015, j'accompagne les personnes qui désirent sortir de ces faux schémas de pensées à travers du coaching individuel (par Skype ou en live), une méthode audio "Stop à vos angoisses" sur 5 semaines qui explique concrètement et efficacement comment se sortir de ces angoisses. Etre dans le dépassement de soi et supprimer ces croyances limitantes qui sont enregistrées si fort dans notre subconscient. Je reste une personne hypersensible, mais l'agoraphobie n'existe plus. Je sais aujourd'hui, comment la faire perdre en intensité.

En novembre 2015, mon premier livre "Voyage en Agoraphobie, comment j'ai vaincu 15 années d'angoisses" est sorti.
Je l'ai écrit suite à ce voyage en Asie. Il est disponible sur les principaux sites en ligne en version papier et numérique.
Je parle de mon parcours, de mes échecs, de mon hypersensibilité, de ma passion de mes voyages, de mes réussites, et je donne des techniques efficaces pour détruire ces fichues angoisses.

A travers mon blog www.vertigesdemavie.com, je démontre qu'avec une belle volonté de changer, on peut y arriver!
Vous y trouverez des articles, vidéos (chaîne Youtube), photos, récits de voyages, Ebook, témoignages et interviews faites sur les ondes radios (Suisse et Québec).

L’agoraphobie est peu connue et toujours très tabou. Il faut en parler. Redonner espoir à toutes ces personnes emprisonnées dans leurs peurs inutilement. La vie est sacrée et courte. Ne la gâchez pas!

Texte: Séverine Cherix - 05/2016

L'auteure

Séverine Cherix

SEVERINE CHERIX, née en 1975 est auteure, conférencière et coach. À 19 ans, les premiers signes d’anxiété se font sentir et rapidement, l’agoraphobie (la peur d’avoir peur) s’empare de Séverine, de sa vie et de ses rêves. Déterminée à reprendre le contrôle sur son existence, Séverine utilisera sa passion des voyages pour venir à bout de ses angoisses. Après de nombreuses thérapies aux résultats mitigés, elle s’envole pour un voyage solo d’un mois en Thaïlande (2010), où elle vaincra ses démons et apprendra comment dominer ses angoisses. Aujourd’hui, elle se qualifie d’agoraphobe & grande voyageuse. Elle reste une personne hypersensible mais elle a réussi à ne plus faire passer ses angoisses avant ses projets. Elle accompagne de nombreuses personnes désireuses de changer et souffrant d’anxiété, d’angoisses et d’agoraphobie. Conseils, webinaires, conférences, méthode "stop à vos angoisses" et séances de coaching.

Auteure du livre « Voyage en Agoraphobie, comment j’ai vaincu 15 années d’agoraphobie », elle se positionne aujourd’hui comme l’experte francophone de l’agoraphobie et des crises d’anxiété. Par son témoignage sincère et authentique, elle apporte un formidable message d’espoir et une folle envie de se dépasser!

Séverine Chérix s'est jointe depuis peu à notre équipe de spécialistes.