L'arbre ginkgo possède des vertus thérapeutiques. (Photo: pixabay)

Traitements alternatifs de la démence

De nombreux médicaments sont utilisés dans le traitement de la démence, bien qu’aucune efficacité n’ait à ce jour été prouvée en termes d’amélioration des capacités cognitives et fonctionnelles du patient.

Voici une liste des médicaments utilisés dans le traitement alternatif de la démence:

Ginkgo biloba (par ex. Tebofortin®): le principe actif, provenant des feuilles et semences d’un arbre originaire du sud-est asiatique, favorise un effet stimulant sur la circulation sanguine et sur la capacité de mémorisation. Cette substance est généralement bien tolérée. L’efficacité du ginkgo biloba a fait l’objet de diverses études auprès de patients atteints de la maladie d’Alzheimer, aboutissant à des résultats très différents. Une efficacité a notamment été démontrée chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer de stade léger à modéré.

Lécithine: supplément alimentaire vital contenant de la choline, entre dans la formation des membranes cellulaires. Cette substance ne peut être produite en quantité suffisante par l’organisme, c’est pourquoi un supplément s’avère souvent nécessaire. Bien qu’un effet positif ait été démontré pour le traitement de la démence, aucune étude n’a encore confirmé ces résultats.

Antirhumatismaux non-stéroïdiens (AINS): comprend des médicaments comme l’Ibuprofène, souvent utilisés dans le traitement des rhumatismes en raison de leur effet anti-inflammatoire. En faible dose, il est utilisé de manière préventive contre les infarctus ou AVC. Toutefois, aucun effet préventif contre la démence n’a pu à ce jour être démontré avec certitude.

Nimodipine: médicament utilisé pour favoriser l’irrigation sanguine du cerveau. Souvent utilisé pour traiter les formes de démence causées par les troubles de la circulation (démence vasculaire). Aucun effet n’a pu être démontré avec certitude.

Vitamines sous forme de comprimés effervescents. (Photo: pixabay)

Œstrogène: hormone sexuelle féminine, à laquelle on confère un effet préventif contre les maladies de la démence. Toutefois, en raison des effets secondaires occasionnés par un traitement hormonal à l’œstrogène après la ménopause (ex. risque accru d’AVC), il n’est pas recommandé d’utiliser ce traitement comme méthode préventive de la démence.

Piracétam: médicament favorisant l’irrigation et l’oxygénation cérébrale. Utilisé pour le traitement des troubles cognitifs auprès des personnes âgées (à l’exception de l’Alzheimer). Son efficacité n’a toutefois pas encore été prouvée.

Sélégiline: substance contribuant à la dégradation de la dopamine, utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson. Son efficacité dans le traitement de la démence n’a toutefois pas encore été prouvée.

Statine: médicament contribuant à réduire la formation de plaque (dépôts vasculaires) chez les patients et patientes ayant subi un événement cardiovasculaire (ex. infarctus du myocarde). Un profil de risque vasculaire présentant un facteur de risque pour le développement d’une démence, on peut supposer qu’un supplément de statine puisse agir dans la prévention de la démence. Son efficacité n’a toutefois pas encore été prouvée.

Vinpocétine: substance causant un élargissement des vaisseaux sanguins du cerveau. En raison d’une augmentation de l’irrigation cérébrale, on suppose que cette substance puisse avoir un effet positif sur la démence. Cet effet n’a toutefois pas encore été démontré de façon scientifique.

Vitamine E (tocophérol): la vitamine E est essentielle à un bon fonctionnement cérébral. Elle protège la gaine de myéline, c’est-à-dire la couche protectrice recouvrant les neurones cérébraux. La vitamine E contribue à ralentir le processus de vieillissement et participe ainsi à la prévention de l’Alzheimer. Bien qu’elle existe en tant que substance à part entière, elle désigne aussi famille de puissants antioxydants. Toutefois, un dosage élevé de vitamine E peut entraîner des effets indésirables.

Vitamine B1 (thiamine): vitamine soluble dans l’eau, joue un rôle particulièrement important pour un bon fonctionnement du système nerveux. On ne dispose toutefois d’aucune étude pouvant démontrer avec certitude l’efficacité de la vitamine B1.

Vitamine B6 et B12, acide folique: un taux élevé d’homocystéine dans le sang semble être associé à un risque de démence accru. Un supplément d’acide folique et, en plus faible quantité, de vitamine B12 (cobalamine) et de vitamine B6 (pyridoxine), peut contribuer à réduire le taux d’homocystéine de manière considérable. Toutefois, aucune étude à ce jour ne peut démontrer avec certitude l’efficacité de la vitamine B dans la prévention de la démence. Au contraire, la vitamine B12 semble être associée à une dégradation des capacités cognitives auprès des personnes âgées.

En général : en cas de symptômes liés à une carence en vitamines, il est important de pallier cette carence par un apport vitaminique.