Démence et thérapie médicamenteuse

Les médicaments utilisés pour le traitement des maladies de la démence font encore l’objet de nombreuses recherches. (Photo: Pixabay)

A ce jour, les médicaments disponibles (pour la maladie d’Alzheimer principalement) se limitent au traitement des symptômes, et peuvent, dans le meilleur des cas, contribuer à une stabilisation temporaire des capacités intellectuelles et fonctionnelles du patient.

Les médicaments conçus pour atténuer la perte des capacités cognitives reliée à la démence sont connus sous le nom de «médicaments procognitifs». Ceux-ci sont utilisés pour traiter les symptômes principaux de la maladie d’Alzheimer. Ils agissent en réduisant la perte des capacités cognitives et contribuent à ralentir l’évolution de la maladie.

A ce jour, quatre principes actifs sont autorisés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer:

Les inhibiteurs d’acétylcholinestérases: ces médicaments sont utilisés dans les cas d’Alzheimer de stade léger ou modéré, et comprennent entre autres:

•    Donépézil (par ex. Aricept®)
•    Rivastigmine (par ex. Exelon®)
•    Galentamine (par ex. Reminyl®)

Ces trois médicaments sont susceptibles d’entraîner les effets secondaires suivants: nausée, diarrhée, vomissements, troubles de la digestion, perte d’appétit, perte de poids, et plus rarement troubles du sommeil, étourdissements, fatigue, et crampes musculaires. Ces effets secondaires disparaissent habituellement au cours des semaines suivant le début des traitements.

Mode d’action:
L’acétylcholine est responsable de la transmission des signaux d’un neurone à l’autre. Dans le cas de la maladie d’Alzheimer, cette substance n’est plus produite en quantité suffisante. Ces inhibiteurs font en sorte de ralentir la diminution de l’acétylcholine au niveau de la synapse. Pendant un certain temps, la carence peut ainsi être compensée au cours des stades précoces et intermédiaires de la maladie. Grâce à ce traitement, les patients disposent de meilleures capacités cognitives et fonctionnelles. Cependant, pour le traitement de types de comportements plus difficiles à gérer, les inhibiteurs d’acétylcholinestérases ne sont pas suffisamment efficaces.

Antagoniste des récepteurs de glutamate: ce médicament est utilisé pour les formes de stade modéré ou sévère de la maladie d’Alzheimer.

  • Mémantine (par ex. Axura®, Ebixa®)

Effets secondaires: symptômes normalement faibles tels qu’étourdissements, confusion, maux de tête, constipation.
Attention: les personnes souffrant de problèmes rénaux doivent éviter de prendre les préparations à base de mémantine.

Mode d’action:
Le glutamate est une substance indispensable à l’apprentissage et la mémorisation. Chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les neurones sont exposés à une trop grande quantité de glutamate, ce qui entraîne leur mort. Les antagonistes des récepteurs de glutamate protègent les neurones d’une quantité excessive de glutamate. Dans les cas d’Alzheimer de stade modéré ou sévère, les capacités  d’apprentissage ou de mémorisation sont maintenues plus longtemps. Chez les patients souffrant de troubles cognitifs légers, aucun effet n’est observé, c’est pourquoi ce traitement n’est généralement pas appliqué.

Les médicaments utilisés pour le traitement de l’Alzheimer et comportant la mémantine sont connus sous divers noms de commerce.

L’angoisse est un effet secondaire souvent observé chez les patients atteints de démence. (Photo: Pixabay)

Traitement des troubles du vécu et du comportement dans les cas de démence

Pour lutter contre les types de comportements difficiles, qui surviennent souvent en réaction à un sentiment de perte, il est d’abord recommandé de viser l’intégration sociale avant d’avoir recours à un traitement médicamenteux. Dans le cas de conditions sévères, un traitement à base de médicaments antidépresseurs et neuroleptiques est pratiquement inévitable.

Outre les troubles cognitifs, les maladies de la démence peuvent aussi occasionner des troubles du vécu ou du comportement (aussi connus sous le nom de «symptômes non-cognitifs» ou «comportements difficiles»), tels que la dépression, l’agressivité ou l’anxiété. Ces symptômes se manifestent principalement en réaction au sentiment de perte souvent associé aux maladies de la démence. Dans un premier temps, il est recommandé d’intervenir sans recours à un traitement médicamenteux, par exemple en utilisant des moyens pouvant faciliter les activités du quotidien, ou d’autres mesures qui favorisent l’intégration sociale. Lorsque ces mesures ne permettent pas d’obtenir le résultat désiré et que les symptômes deviennent trop difficiles à gérer pour les patients et pour leurs proches, il est alors recommandé de procéder à un traitement médicamenteux.

Antidépresseurs

Ce groupe de médicaments comprend les principes actifs suivants:

  • Citalopram (par ex. Cipralex®)
  • Fluoxétine (par ex. Fluctin®)
  • Paroxétine (par ex. Paroxat®)
  • Sertraline (par ex. Seroquel®)

Effets secondaires: perte d’appétit, nausée, sécheresse buccale, troubles intestinaux, nervosité et maux de tête.

Symptômes spécifiques à la paroxétine: confusion, hallucinations

Symptômes spécifiques à la fluoxétine: troubles du sommeil Le changement des conditions de vie dû à la maladie d’Alzheimer n’est pas facile à accepter et peut donner lieu à un état dépressif. La dépression pouvant entraîner un impact négatif sur les capacités intellectuelles du patient et intensifier les symptômes liés à la maladie d’Alzheimer, cette condition doit impérativement être traitée. A l’inverse, une dépression peut aussi être à l’origine de la perte de mémoire, ce que permettra de vérifier le diagnostic.

Les médicaments antidépresseurs sont à la base du traitement des troubles de la dépression. Chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, ces médicaments conviennent également au traitement des troubles du sommeil et de l’anxiété ainsi que des troubles psychomoteurs légers. Le choix de médicaments pouvant être pris en considération est toutefois limité; en effet, les médicaments tricycliques, utilisés depuis longtemps, sont connus pour atténuer les effets de l’acétylcholine, et ne sont donc pas indiqués pour les patients atteints de démence.

Neuroleptiques

Ces médicaments permettent de réduire la concentration de la dopamine dans le cerveau, entraînant ainsi un effet calmant. Ils comportent les éléments suivants:

  • Rispéridone
  • Aripiprazole
  • Halopéridol
  • Clozapine (par ex. Leponex®)
  • Quétiapine (par ex. Seroquel®)

Effets secondaires: somnolence, infection urinaire, incontinence et risque accru de subir un AVC.

Symptômes spécifiques à la rispéridone et au halopéridol: troubles moteurs
Symptômes spécifiques à la clozapine: confusion et modifications de la formule sanguine

En outre, les patients également atteints de la maladie de Parkinson ou de la démence à corps de Lewy (DCL) sont particulièrement susceptibles de souffrir des effets secondaires imputés aux médicaments neuroleptiques.

Les neuroleptiques utilisés pour le traitement des symptômes associés à la maladie d’Alzheimer agissent en entraînant un effet calmant et antipsychotique auprès des patients. Chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, ils peuvent être utilisés pour le traitement de comportements problématiques tels que l’agitation, l’agressivité, les troubles du sommeil ou les hallucinations. En raison des effets secondaires indésirables qu’ils occasionnent, l’utilisation des neuroleptiques est souvent contestée, et le traitement devrait toujours principalement tenir compte des avantages dont bénéficient le patient et son entourage. Les symptômes pouvant s’atténuer avec le temps, un contrôle doit être effectué régulièrement afin de vérifier si un tel médicament est encore indiqué.

>> Pour de plus amples informations sur les traitements médicamenteux

Texte : Helga Grafe – 12/2016
Traduction : MyH – 01/2017

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article