Alzheimer: soutien pour les proches soignants

Un homme se tient les mains devant le visage. (Photo: Lucie Gerhardt/pixelio.de)
L’accompagnement des personnes atteintes de l’Alzheimer sollicite les ressources des proches soignants. (Photo: Lucie Gerhardt/pixelio.de)

Le diagnostic d’Alzheimer tombe souvent comme un choc, pour les personnes concernées comme pour leurs proches. L’accompagnement de personnes atteintes de démence est très exigeant sur le plan physique et moral ; il est donc essentiel que les soignants portent une attention particulière à leur santé et qu’ils n’hésitent pas à faire appel aux offres de soutien à leur disposition.

En Suisse, plus de la moitié des personnes atteintes de démence vivent en maison privée et sont soignées par leurs proches. Des études révèlent que deux tiers des personnes atteintes de démence et habitant dans leur maison sont soignées par leur conjoint(e). En outre, 25% des patients sont soignés par leurs enfants, tel que le démontre la Stratégie nationale en matière de démence 2014-2017.

Les proches soignants fort sollicités

Les soins et l’accompagnement des patients atteints d’Alzheimer représentent un énorme défi pour leurs proches. Ceux-ci sont souvent sollicités pendant plusieurs années et subissent une importante pression sur le plan physique, morale et sociale. Le prix à payer est en effet très lourd : l’engagement, le renoncement aux loisirs ainsi que la disposition à accompagner et soigner un membre de la famille 24 heures sur 24. De nombreux proches soignants de patients atteints de l’Alzheimer souffrent d’épuisement, de fatigue, de dépression, se sentent seuls, et succombent souvent à la tristesse ou au doute.

Offres de soutien

De nombreux proches hésitent à demander de l’aide. Il est toutefois important de demander conseil et de trouver du soutien avant qu’il ne soit trop tard. En effet, les offres de soutien comportent de nombreux avantages. Les proches soignants ont plus de temps à leur disposition, peuvent se remettre de leur fatigue ou encore accomplir d’autres tâches toute aussi importantes pour lesquelles le temps n’est pas toujours suffisant. En outre, elles prennent une certaine distance avec leur quotidien. Pour la personne atteinte d’Alzheimer, ces offres de soutien sont également sources de changement : en effet, pendant quelques heures, elle est prise en charge par une autre personne ou se retrouve dans un autre lieu, ce qui peut avoir un impact positif sur son comportement.

Les enquêtes révèlent que les personnes bien informées savent profiter de telles offres, et que les proches souhaitent également une meilleure prise en charge, en particulier un accompagnement au domicile par une personne externe.

Un seau, une brosse et un linge (Photo: Rainer Sturm/pixelio.de)
Les offres de soutien pour les proches soignants vont au-delà d’une aide pour les tâches domestiques. (Photo: Rainer Sturm/pixelio.de)

Vaste offre de services

Les offres de soutien sont très variées et vont de l’aide aux soins (souvent pendant la nuit) jusqu’à un soutien pour les travaux ménagers, en passant par une aide pour les courses, les déplacements, ou la préparation des repas.
Parmi les offres de service les plus sollicitées, on retrouve les centres de jours ainsi que les prestations de soins et d’accompagnement, à la maison ou en centre d’accueil.

Entre associations et aide de voisinage

Parmi les prestataires de services les plus sollicités en Suisse, on retrouve l’Association Alzheimer Suisse, les services Spitex, ProSenectute ainsi que la Croix-Rouge. En outre, il existe aussi de nombreux groupes d’entraide à l’échelle cantonale, ainsi que divers réseaux de voisinage ou de soutien offert par l’Eglise.

Les services de soutien de l’Association Alzheimer prévoient entre autres la visite à domicile d’une personne formée à cet effet, afin d’accompagner le patient dans ses activités tout en permettant au proche soignant de se libérer le temps de quelques heures. Les offres de vacances proposées par l’Association sont également très appréciées. Les personnes atteintes de démence peuvent partir en vacances avec leurs proches pendant une semaine. Des intervenants bénévoles, sur place, prennent en charge l’accompagnement du patient pendant que les proches peuvent se reposer, permettant ainsi à tous un séjour agréable et réparateur. Les rencontres de groupes de proches soignants, lieux d’échanges, peuvent aussi être considérées comme une possibilité de trouver un soutien.

Agir, avant qu’il ne soit trop tard

En général, il existe en Suisse une offre importante  de soutien pour les soignants de personnes atteintes d’Alzheimer. Toutefois, ces offres ne sont pas suffisantes, en particulier au regard du développement démographique. Il importe par-dessus tout que les proches soignants s’informent suffisamment tôt et cherchent conseil auprès d’intervenants professionnels, avant d’être complètement épuisés et malades eux-mêmes.

Vous cherchez de l’information au sujet de l’Alzheimer et de la démence ?   
N’hésitez pas à poser vos questions dans notre forum. Des spécialistes sont à votre disposition et se feront un plaisir d’y répondre.

Texte: Patrick Gunti – 05/2014
Traduction: MyH – 05/2014
Photos: pixelio.de

Liens relatifs à cet article

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!