Surdicécité : ni voir, ni entendre

Helen Keller, atteinte de surdicécité, a pu vivre l’expérience d’une vie autonome, grâce au soutien de son assistante et enseignante Anne Sullivan. (Photo: Library of Congress)

La combinaison d’une déficience visuelle et d’une déficience auditive est connue sous le nom de surdicécité, ou de double déficience sensorielle. Certaines personnes atteintes de ce trouble souffrent d’une cécité et d’une surdité totales, tandis que d’autres sont atteintes d’une déficience partielle.

Les personnes présentant une déficience visuelle ou une déficience auditive sont souvent en mesure de compenser leur handicap grâce à d’autres perceptions sensorielles, ce qui toutefois n’est pas possible pour les personnes atteintes d’une double déficience sensorielle. La surdicécité entraîne d’importantes conséquences dans presque tous les domaines de la vie, en plus d’entraver la perception, la communication ainsi que la mobilité autonome. C’est pourquoi les personnes souffrant de surdicécité ont souvent recours à diverses formes de soutien adaptées à leur situation.

Surdicécité présente à la naissance ou acquise

En général on distingue entre la double déficience sensorielle acquise et celle présente dès la naissance.

Comme son nom l’indique, il est question de surdicécité présente à la naissance lorsque la double déficience sensorielle est observée dès les premiers jours de la vie ou qu’elle se manifeste au cours de la petite enfance. On ne connaît pas le nombre précis de personnes en Suisse atteintes de ce trouble, mais il pourrait vraisemblablement s’agir de plusieurs centaines de personnes.

Par ailleurs, il est question de surdicécité acquise lorsque la double déficience sensorielle se manifeste après l’acquisition du langage. Helen Keller (1880-1968), devenue complètement sourde et aveugle à l’âge de 18 mois à la suite d’une méningite, est considérée comme la personnalité la plus connue ayant souffert de surdicécité. Malgré son handicap, elle réussit toutefois à compléter ses études, et parcourut le monde à titre d’ambassadrice pour les personnes atteintes d’une double déficience sensorielle.

En Suisse, on estime qu’environ 200 000 personnes sont atteintes d’une surdicécité s’étant déclarée à un âge avancé.

Causes

Qu’elle soit acquise ou qu’elle soit présente dès la naissance, la surdicécité peut être due à nombre de facteurs divers.

Dans le cas de la surdicécité présente à la naissance, la rubéole contractée en cours de grossesse en était autrefois désignée comme la cause principale. Aujourd’hui, une naissance très prématurée ou d’autres facteurs d’ordre génétique (tels que le syndrome CHARGE) sont également mis en cause.

Outre le facteur lié à l’âge, le syndrome d’Usher compte parmi les causes les plus fréquentes d’une double déficience sensorielle acquise. Il s’agit ici d’une déficience auditive présente à la naissance, à laquelle s’ajoute une déficience visuelle progressive au fil des années.

L'écriture Braille représente un moyen de communication important pour les personnes atteintes de surdicécité. (Photo: Ralph Aichinger/pixelio.de)

Formes de communication

Les conditions différentes présentées par les personnes atteintes de surdicécité, selon qu’elle soit acquise ou présente à la naissance, se manifestent de façon distincte dans leurs manières de communiquer. Les moyens de communication qui s’appuient sur une compréhension de la langue conviennent davantage aux personnes atteintes de surdicécité acquise.

L’alphabet de Lorm permet de former des mots en touchant ou en effleurant divers emplacements précis, sur la paume de la main, correspondant aux lettres de l’alphabet. Par exemple, l’extrémité du pouce représente le A tandis que l’extrémité de l’index représente le E. Bien que difficile à concevoir pour les non-initiés, ce moyen de communication permet aux personnes atteintes d’une surdicécité acquise de s’exprimer au même rythme ou presque que si elles utilisaient une langue parlée.

Par ailleurs, l’écriture Braille représente un moyen de communication largement répandu au sein de la communauté des personnes malvoyantes. Cette écriture consiste en un système de points imprimés sur une surface (papier ou autre); chaque motif représente une lettre de l’alphabet ou une combinaison de lettres, qu’une personne initiée à cette écriture peut lire en les effleurant de ses doigts.

Enfin, les gestes tactiles constituent une autre méthode permettant à deux individus de communiquer entre eux à l’aide de leurs mains : les mains situées sur le dessus sont «à l’écoute» tandis que les mains situées en dessous «forment» le message.

L’utilité des symboles ou des gestes tactiles

Les personnes présentant une double déficience sensorielle dès la naissance doivent quant à elles privilégier les formes de communication qui ne s’appuient pas sur une connaissance préalable des lettres ou des phrases. Les symboles ou les gestes tactiles sont particulièrement utiles, que ce soit pour désigner des lieux, des activités, ou des personnes. Par ailleurs, les iPads et autres outils technologiques s’avèrent d’une grande utilité pour les personnes atteintes d’une surdicécité dès leur naissance. Ce handicap étant souvent accompagné d’une déficience intellectuelle, les formes de communication telles que les gestes tactiles seront souvent simplifiées.

Les personnes atteintes d’une double déficience sensorielle ont toutes une chose en commun: elles ont besoin d’un soutien spécifique pour presque tous les domaines de la vie. Si Helen Keller a pu vivre l’expérience d’une vie autonome, c’est qu’elle a pu bénéficier du soutien constant d’une accompagnante, qui représentait pour elle un pont vers les autres et vers le monde extérieur. Aujourd’hui, un financement permettant une assistance spécialisée est accordé dans certains cas, malgré le fait que cette forme d’accompagnement n’aille pas toujours de soi et qu’il faille souvent lutter pour l’obtenir.

Texte : Eva Keller – 03/2017
Traduction : MyH – 04/2017

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!