Sclérose en plaques

Imagerie par résonance magnétique du cerveau Photo: Monika Torloxten/pixelio.de)
La sclérose en plaques entraîne des séquelles dans le cerveau et la moelle épinière. (Photo: Monika Torloxten/pixelio.de)

Définition: la sclérose en plaques est la maladie neurologique la plus fréquente à l’âge adulte

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central. Cette maladie, aussi appelée «enzephalomyelitis disseminata», entraîne des lésions ainsi que des scléroses dans le cerveau et la moelle épinière. Ces réactions inflammatoires provoquent la destruction de la myéline, c’est-à-dire la gaine qui recouvre les nerfs, empêchant les nerfs de transmettre les impulsions au cerveau.

Pour la majorité des personnes atteintes de SEP, la maladie se développe par poussées successives. La durée d’une de ces poussées peut aller de quelques jours à quelques semaines. Le degré de développement des symptômes détermine s’il est question de rémission complète ou incomplète.

Deux fois plus de femmes que d’hommes sont affectées par la SEP

Environ 2,5 millions de personnes souffrent de la sclérose en plaques à travers le monde. En Suisse, on compte environ 10 000 personnes. Chez plus de deux tiers des personnes atteintes, les premiers symptômes apparaissent entre 20 et 40 ans. La maladie peut aussi se développer au cours de l’enfance, plus rarement à l’âge adulte avancé. Les femmes sont affectées deux fois plus souvent que les hommes. Le taux de prévalence est aussi différent d’un groupe ethnique à l’autre.  

Les symptômes les plus fréquents de la sclérose en plaques sont l’épuisement, les problèmes de coordination, la spasticité, les troubles de la vue, les troubles cognitifs et sensoriels, les troubles de la parole, la dépression, les troubles du système digestif ou urinaire, ou encore les douleurs. La gravité des symptômes peut varier d’un individu à l’autre; ce n’est pas pour rien que la sclérose en plaques est aussi appelée la «maladie aux mille visages». Les symptômes peuvent être minimes, de sorte que la personne atteinte est en mesure de mener une existence presque normale. Dans certains cas, ils peuvent aussi entraîner un handicap permanent. L’opinion répandue selon laquelle la sclérose en plaques mène inévitablement à de graves conséquences est cependant fausse. La maladie entraîne un handicap lourd dans moins de 5% des cas.

Un homme en fauteuil roulant (Photo: Albrecht E. Arnold/pixelio.de)
Il est faux de croire que la sclérose en plaques mène inévitablement à un handicap lourd et à une vie en fauteuil roulant. (Photo: Albrecht E. Arnold/pixelio.de)

Causes: lorsque le système immunitaire s’autodétruit

Malgré des recherches intensives, la cause précise de la sclérose en plaques n’est toujours pas connue. En général, il est reconnu qu’il s’agit d’une maladie auto-immune, c’est-à-dire que le système immunitaire du malade agit contre lui-même, détruisant ainsi les cellules nerveuses. Elle peut également être provoquée par des infections virales chez l’enfant qui se développent lentement et sur une longue période, de facteurs génétiques ou de malformations dans la constitution de l’enveloppe des cellules nerveuses.

Traitement et thérapie: dépistage précoce de la sclérose en plaques

Le diagnostic de la sclérose en plaques s’effectue en général sur la base des symptômes mentionnés ci-dessus ainsi qu’à travers des examens de laboratoire et des procédés d’imagerie médicale. Jusqu’à ce jour, la sclérose en plaques reste incurable. Un diagnostic précoce permet toutefois de ralentir la progression de la maladie. Le traitement est effectué en trois phases et est toujours adapté aux besoins du patient:

  • Thérapie des poussées aiguës (en général avec la cortisone)
  • Thérapie à long terme (médicaments qui agissent sur le système immunitaire et ralentissent la progression de la maladie. Il s’agit entre autres d’interféron bêta, d’acétate de glatiramère, d’immunoglobuline intraveineuse, du natalizumab et du fingolimod.
  • Thérapie des symptômes (en fonction des symptômes)

En outre, les thérapies complémentaires sont souvent utilisées pour traiter la sclérose en plaques.

Handicap lourd: impact majeur sur la vie des personnes atteintes de la SEP

Malgré de nombreuses thérapies, la sclérose en plaques reste lourde de conséquences pour les personnes atteintes. La progression de la maladie peut être accompagnée de symptômes tels que fatigue, troubles de la fonction urinaire ou du système moteur, ou encore la paralysie. Selon les symptômes, la maladie peut entraîner des handicaps de degrés plus ou moins graves, dont les conséquences se font ressentir dans la vie privée et professionnelle. En Suisse, les situations de handicap sont prises en charge par l’assurance-invalidité.
      
Texte: Patrick Gunti - 07/2012
Traduction: MyH – 03/2014
Photos: pixelio.de