Le rhumatisme, un mal du siècle

Les principales conséquences de la polyarthrite rhumatoïde sont des douleurs inflammatoires des mains, des pieds ou d’autres articulations. (Photo: pixabay)

Le rhumatisme dérive du mot grec rheos, qui signifie «qui s’écoule». Dans l’Antiquité, on pensait que le rhumatisme provenait d’une fluxion, d’une congestion, venant des parties supérieures qui s’écoule depuis le nez en un courant muqueux qui atteint les articulations pour y déclencher une maladie. Qu’en savons-nous aujourd’hui?

 En fait, rhumatisme est un terme générique très large qui recouvre plus de 200 tableaux cliniques. En font partie plusieurs maladies osseuses, articulaires et des parties molles adjacentes. On distingue globalement quatre types: les atteintes dégénératives, les processus inflammatoires, les atteintes des parties molles et les atteintes à un trouble métabolique.

Usure du cartilage

L’arthrose est une maladie rhumatismale dégénérative typique dans laquelle on observe un amincissement progressif de l’épaisseur du cartilage articulaire protecteur, ce qui a finalement pour conséquence le frottement direct des pièces articulaires osseuses sous-jacentes. Il peut en résulter des inflammations douloureuses et une raideur articulaire. Il existe plusieurs substances dont on espère qu’elles permettent une régénération de cartilage usé ou du moins l’arrêt de sa destruction. En font partie les glycosaminoglycanes (GAG), qu’on trouve entre autres dans les moules aux orles vertes de Nouvelle-Zélande.

Déséquilibre immunitaire

Les maladies rhumatismales inflammatoires sont associées à une perturbation du système immunitaire. La polyarthrite rhumatoïde en est la forme la plus fréquente, dans laquelle les cellules immunitaires de l’organisme attaquent les fines membranes synoviales des articulations. Les principales conséquences en sont des douleurs inflammatoires des mains, des pieds ou d’autres articulations. Avec le temps, des nodules rhumatoïdes qu’on peut palper sous la peau se développent parfois. Le soulagement des douleurs aiguës fait avant tout appel aux anti-inflammatoires. Il s’y ajoute des traitements antirhumatismaux de fond contre den nouvelles poussées.

Les maladies rhumatismales regroupent entre autres la spondylarthropathie ankylosante (maladie de Bechterew), l’arthrite psoriasique et les arthrites infectieuses. Les arthrites liées au lupus érythémateux – dont souffrent des célébrités telles que Seal ou Lady Gaga – sont plutôt rares.

Douleurs généralisées

La fibromyalgie est une atteinte des tissus mous. Elle se caractérise par des douleurs persistantes sévères diffuses. Son étiologie est toujours méconnue et son diagnostic est délicat. Les médicaments jouent un rôle secondaire dans le traitement, ils cèdent en effet le pas à des approches comme la thérapie par le mouvement et la thérapie de relaxation.

Goutte et assimilés

Dans les rhumatismes dus à un trouble métabolique, les troubles articulaires vont de pair avec certains troubles métaboliques. Un exemple classique est la goutte. Suite à une augmentation du taux d’acide urique, des cristaux se déposent dans les articulations. Dans les cas aigus, des tuméfactions et des douleurs sévères s’y développent. Un autre exemple est l’ostéoporose, avec une atteinte du remodelage osseux (équilibre entre formation et destruction osseuse en faveur de la destruction), d’où un risque accru de fracture osseuse.

Texte: Monika Lenzer (pharmacienne) – 09/2016

Pour en savoir plus