Soleil et peau: moins c'est mieux

(Photo: pixabay.com)

Notre peau assume de nombreuses fonctions. Elle nous protège des polluants, des atteintes chimiques et mécaniques, des agents pathogènes, sans oublier le chaud et le froid. Et, en qualité d’organe des sens et de composante du système immunitaire, elle transmet des impulsions et des informations au cerveau. Parmi les multiples facteurs d'influence auxquels elle est soumise, il convient de citer en particulier le rayonnement solaire estival.

Notre peau, l’organe le plus grand de notre corps, est soumise à une multiplicité de contraintes. Lorsqu’elle réagit aux rayons du soleil par des rougeurs, des vésicules et des démangeaisons, il peut s’agir, mais c’est plus rare, d’une allergie au soleil. Cette dernière est toujours liée à une réaction exacerbée du système immunitaire. Sous l’effet du soleil, de nombreuses autres causes et mécanismes peuvent par ailleurs nuire à la peau.

La photodermatose

Dans le cas de la dermatose polymorphe, les réactions sont différées. Des heures, voire des jours après un bain de soleil prolongé, les surfaces corporelles non exposées au soleil depuis un certain temps présentent des rougeurs, des nodules, des croûtes ou des plaques accompagnées de démangeaisons. Un certain nombre de mesures permettent de soulager les troubles ou de les prévenir, notamment en portant des vêtements protecteurs et en se mettant à l’abri du soleil. Les éruptions cutanées régresseront d’elles-mêmes.

L’acné de Majorque

Dans ce cas, les composants de certains produits solaires ou cosmétiques réagissent au rayonnement UV, entraînant l’apparition de rougeurs, de vives démangeaisons ou de pustules – proches de celles de l’acné. Les zones touchées sont le cou et les épaules, les bras, le dos et le décolleté. Il est recommandé d’utiliser des produits à indice de protection élevé sans graisses ni émulsifiants.

Réactions phototoxiques

Dans ce cas, la peau est irritée par des toxines libérées par certaines substances sous l’effet du soleil. Ces réactions, assez rares, peuvent être déclenchées par la sève de plantes comme la Berce du Caucase, la Rue des jardins, les graminées ou les agrumes, ainsi que des substances présentes dans des médicaments ou des parfums. Les rougeurs qui apparaissent font penser à un gros coup de soleil. Des compresses fraîches et des pommades à base de cortisone soulageront. En cas de troubles sévères, mieux vaut consulter.

Les réactions photoallergiques

Le soleil n’est pas lui-même le facteur déclenchant de l'allergie, mais une substance de source interne ou externe qui entre en contact avec la peau et dont la structure change sous l’effet du soleil. Il peut alors s’agir d’une substance a priori tout à fait inoffensive contenue dans un produit de soin ou un médicament, que le système immunitaire considère pourtant comme un allergène. Après en avoir parlé avec le médecin, il est probable qu’il faudra arrêter de prendre le médicament en cause ou d’en changer, éviter de s’exposer au soleil et utiliser une crème solaire à indice de protection élevé.

Pour plus d’informations sur le sujet:

- Brochures sur la peau sous www.aha.ch

- Conseils personnalisés : aha!infoline 031 359 90 50

Protégez votre peau !
- Crèmes solaires à indice de protection élevé
- Pas d’exposition prolongée au soleil
- L’exposition au soleil doit être progressive
- Éviter le soleil du milieu de journée (entre 11 et 15 heures)
- Interroger son médecin sur des interactions médicamenteuses potentielles
- Pas de parfums, après-rasage parfumés ou lotions riches en graisses
- Porter des vêtements légers en fibre naturelle

Texte : aha! Centre d’Allergie Suisse / Tribune médicale public 3/2016

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!