Parkinson: Traitement et thérapie

Balle de gymnastique verte (S. Hofschlaeger/pixelio.de)
L’ergothérapie peut contribuer à améliorer l’état de bien-être du patient. (S. Hofschlaeger/pixelio.de)

A ce jour, le Parkinson est toujours une maladie incurable, les causes de la destruction progressive des neurones étant encore inconnues. La thérapie s’attarde donc principalement à traiter les symptômes. Le traitement du Parkinson vise en premier lieu à maintenir aussi longtemps que possible la qualité de vie du patient ainsi que son autonomie professionnelle et individuelle. Le traitement tient compte également des comorbidités, c’est-à-dire des pathologies associées à la maladie de Parkinson, telles la dépression ou autres complications.

Les causes du Parkinson: traitement symptomatique

Le Parkinson est une maladie caractérisée par une destruction lente et progressive des neurones. Les neurotransmetteurs étant nécessaires au contrôle de la motricité, une carence entraine des symptômes tels que tremblements, difficultés de locution ainsi que raideur musculaire dans les membres.

L’origine du Parkinson étant encore largement inconnue, le traitement ne peut être établi en fonction des causes de la maladie; il peut toutefois contribuer à freiner la progression de la maladie. Le traitement symptomatique vise en premier lieu à maintenir aussi longtemps que possible la qualité de vie du patient ainsi que son autonomie professionnelle et individuelle. Le traitement tient compte également des comorbidités, c’est-à-dire des pathologies associées à la maladie de Parkinson, telles la dépression ou autres complications.

Ergothérapie pour traiter le Parkinson

Les mouvements corporels exercent une influence positive sur le sentiment de bien-être des personnes atteintes de Parkinson. En plus du traitement médicamenteux, la physiothérapie ainsi que l’ergothérapie ont un impact positif sur les symptômes causés par le Parkinson. La crainte de faire une chute peut entrainer un déclin de la musculature et mener  à l’immobilité. L’ergothérapie s’adresse à ces craintes tout en consolidant le sentiment d’assurance et de confiance du patient.

Parallèlement, et pour faire suite au traitement en milieu hospitalier, un programme d’activités physiques peut être établi, proposant des activités telles que la natation, la danse, la randonnée, l’entrainement à la maison ou encore des techniques de détente. D’autres approches, telles que logopédie, accompagnement psychosocial, voire consultation diététique  ou aménagements (siège pour la douche, poignées d’appui, etc.), peuvent aussi contribuer à améliorer le quotidien des personnes atteintes de Parkinson.

Un nageur se tient sur les mains dans le fond de la piscine (S. Hofschlaeger/pixelio.de)
Les personnes atteintes du Parkinson qui savent rester actives maintiennent leur autonomie plus longtemps. (S. Hofschlaeger/pixelio.de)

Traitement médicamenteux

Un traitement médicamenteux nécessite l’accord du patient et du médecin. Plus le diagnostic peut être établi rapidement, plus la thérapie a des chances d’être efficace. Divers médicaments peuvent être administrés.

Des médicaments tels qu’antidépressifs ou somnifères ou encore des médicaments destinés à détendre les muscles sont souvent utilisés pour traiter les pathologies associées.

Autres possibilités de traitement: stimulateur cérébral ou accompagnement psychologique

La chirurgie ne peut non plus guérir la maladie de Parkinson. Cependant, l’installation d’un stimulateur cérébral peut contribuer à en soulager les symptômes. Cet appareil consiste à stimuler certaines régions du cerveau afin d’agir de façon bénéfique sur les mouvements involontaires du patient. L’opération est effectuée sous anesthésie locale, car la participation du patient est nécessaire. Seul un nombre restreint de cliniques pratiquent cette intervention hautement spécialisée.

En fonction du type et du degré d’atteinte de la maladie de Parkinson, il peut être judicieux de ne pas restreindre la thérapie à l’administration de médicaments et à l’ergothérapie. Il est également important d’intervenir rapidement. Un accompagnement psychologique peut être particulièrement utile pour aider le patient à mieux gérer la situation et améliorer le bien-être physique et mental du patient.

Les chercheurs se penchent sur un nombre de nouvelles approches thérapeutiques; pour effectuer ces recherches, il est important de disposer de sujets prêts à participer aux études. Les personnes intéressées par de tels projets peuvent s’adresser aux associations de Parkinson régionales, à leur médecin ou à un hôpital. A ce jour, aucune méthode ne promet de guérison totale du Parkinson.

Texte: M. Plattner – 08/2012
Traduction: MyH – 10/2014
Photos: pixelio.de

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!