Parkinson

Mikado (Klaus-Uwe Gerhardt/pixelio.de)
Les tremblements font partie des symptômes caractéristiques du Parkinson. (Klaus-Uwe Gerhardt/pixelio.de)

Définition: maladie dégénérative du système nerveux central

En Suisse, plus de 15 000 personnes sont atteintes du Parkinson, une maladie neurodégénarative qui entraîne de nombreuses contraintes et nécessite, dans les pires des cas, des soins de longue durée. La plupart des personnes touchées par le Parkinson sont âgées de 50 ans et plus. Cependant, on constate qu’un nombre grandissant de personnes âgées de moins de 40 ans en sont également atteintes. Le syndrome de Parkinson n’entraîne aucune diminution de l’espérance de vie. Une thérapie adaptée peut toutefois influencer de façon positive l’évolution de la maladie.

Neurotransmetteurs en cause

Le Parkinson est une maladie du cerveau qui évolue lentement et qui mène à la destruction progressive des neurones, en particulier dans le cerveau. Cette condition entraîne des symptômes inconfortables tels que tremblements, troubles de la parole, raideurs musculaires dans les membres. On ne connaît toujours pas la cause de la destruction des neurones provoqués par la maladie de Parkinson.

Les symptômes de la maladie évoluent insidieusement et ne sont pas facilement identifiables dans les premiers stades. Quelques années peuvent s’écouler après le début de la maladie avant que les symptômes soient sans équivoque.

Les symptômes se caractérisent par des raideurs dans les extrémités ou dans la nuque, un tremblement dans les membres, même au repos, des mouvements lents, la difficulté à maintenir une posture droite ainsi que des troubles d’équilibre. Parmi les symptômes secondaires, notons la sénilité, les troubles de la parole, l’instabilité émotionnelle, la perte de mémoire, l’insomnie ainsi qu’une basse pression artérielle.

Traitement et thérapie: uniquement symptomatiques

Jusqu’à ce jour, la maladie de Parkinson est incurable, car on ne connaît toujours pas les causes de la dégradation des neurones dans le système nerveux central (en particulier dans le cerveau). Les thérapies ont ainsi pour objectif principal de réduire les symptômes et d’atténuer les troubles. Il n’existe pas de médicament qui permettrait de freiner l’évolution de la  maladie. En plus d’une combinaison de divers médicaments, des exercices et une alimentation saine contribuent aussi à atténuer les symptômes.

Lourd handicap: les personnes atteintes sont considérées comme malades chroniques

En fonction de l’évolution de la maladie, le degré du handicap peut être de minime à très lourd et peut avoir des répercussions sur la vie privée ainsi que professionnelle. Selon la gravité des conséquences, les personnes atteintes peuvent bénéficier des prestations de l’AI.

Texte: M. Plattner - 07/2012
Traduction: MyH – 07/2014
Photos: pixelio.de