Infarctus du myocarde et médicaments

Les médicaments peuvent contribuer à prévenir d’autres infarctus.

Afin d’éviter certaines complications et de favoriser l’amélioration de la performance, les patients ayant subi un infarctus du myocarde se voient aujourd’hui prescrire des médicaments. Après votre sortie d’hôpital, il est important de suivre scrupuleusement l’ordonnance qui vous a été remise. En effet, les médicaments ne seront efficaces que s’ils sont pris sur une base régulière.

Les médicaments décrits ci-dessous ont pour but de protéger votre cœur d’un autre infarctus. L’efficacité de certains médicaments est améliorée lorsqu’ils sont associés à d’autres médicaments.

Médicaments inhibiteurs de la coagulation sanguine

L’acide acétylsalicylique (aspirine) est le médicament le plus connu pour prévenir la coagulation sanguine. Il est également l’analgésique le plus fréquemment utilisé. Une seule dose de 100mg permet d’inhiber l’agrégation des plaquettes (thrombocytes) et d’éviter la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins, pouvant ainsi prévenir un accident cérébrovasculaire ou un infarctus du myocarde.

D’autres médicaments anticoagulants, tels que le clopidogrel, le prasugel  ou le ticagrelor, peuvent être prescrits aux personnes qui ne tolèrent pas l’aspirine (acide acétylsalicylique). Dans la plupart des cas, il est recommandé de prendre deux médicaments anticoagulants à la fois. L’aspirine est souvent administrée conjointement avec le clopidogrel pendant une période de douze mois.

Il est important de boire beaucoup d’eau avec l’acide acétylsalicylique (aspirine), et si possible d’éviter de prendre ce médicament sur un estomac à jeun. Pour les personnes à l’estomac sensible ou les patients à qui des médicaments analgésiques sont prescrits, tels que l’ibuprofène ou le diclofénac, il est également recommandé de les prendre conjointement avec un médicament ayant pour but de réduire la sécrétion d’acide gastrique, tel le pantoprazole.

Les effets secondaires peuvent inclure une tendance accrue aux saignements (par exemple ecchymoses ou saignement des gencives), hémorragies gastro-intestinales, ulcère de l’estomac, réactions allergiques ou éruptions cutanées. Après un infarctus, une ordonnance d’anticoagulants plus puissants, tel que le marcoumar ou le pradaxa, est rarement nécessaire. Ceux-ci ne seront prescrits que si le patient souffre de troubles du rythme cardiaque chroniques.

Outre un examen régulier des taux de coagulation, il est également important que le patient soit dûment informé des risques de saignement que peuvent entraîner ces médicaments, ou de tout autre effet qui pourrait surgir lorsqu’ils sont pris conjointement avec d’autres médicaments, vitamines ou aliments (tel que jus de pamplemousse).

Les médicaments peuvent entraîner certains effets secondaires lorsque pris conjointement aves des vitamines ou des aliments.

Des bêtabloquants pour réduire le pouls et la tension artérielle

Les bêtabloquants agissent sur le cœur et les vaisseaux sanguins en bloquant l’action de  neurotransmetteurs tels que l’adrénaline ou la noradrénaline, ce qui permet de réduire l’hypertension artérielle. Ainsi, le cœur consomme moins d’oxygène, ce qui peut avoir un effet positif après un infarctus. De tels médicaments peuvent inclure le bisoprolol, le métoprolol, l’aténolol ou le nébivolol.

Ces médicaments peuvent entraîner des effets secondaires, tels que troubles de la conduction cardiaque ou un rétrécissement des bronches (toux sèche). Il peut en résulter de la fatigue, une diminution de la capacité de performance, et plus rarement, une situation d’impotence. Les personnes diabétiques doivent être informées qu’une thérapie aux bêtabloquants peut entraîner une difficulté à identifier une hypoglycémie.

Les inhibiteurs de l’ECA pour réduire la tension artérielle

Les inhibiteurs de l’ECA permettent de réduire l’activité d’une enzyme (l’ECA), empêchant ainsi la formation de l’angiotensine, une hormone qui fait augmenter la pression artérielle. Cela permet une diminution de la tension artérielle et un élargissement des vaisseaux sanguins. Le cœur s’en retrouve moins sollicité, et les reins sont en mesure d’éliminer les excédents d’eau et de sel. En outre, les inhibiteurs de l’ECA favorisent également une reconstruction du muscle cardiaque après un infarctus et augmentent la performance du cœur. Par ailleurs, chez les diabétiques, les reins s’en retrouve aussi mieux protégés.

Médicaments : ramipril, enalapril, lisinopril

Effets secondaires : toux sèche (surtout la nuit), réactions allergiques, gonflement de la langue, des lèvres ou du larynx (œdème de Quincke).  Dans le cas où le patient observe des réactions d’hypersensibilité, il doit impérativement consulter un médecin. La baisse de la tension artérielle provoquée par les inhibiteurs de l’ECA peut être particulièrement marquée, en particulier en début de traitement, et peut aussi être accompagnée d’étourdissements.

Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II pour réduire la tension artérielle

Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (sartans) atténuent les effets de l’angiotensine, une hormone provoquant une hausse de la tension artérielle. Leur effet est similaire à celui des inhibiteurs de l’ECA, c’est-à-dire qu’ils contribuent à une baisse de la tension artérielle, favorisent une reconstruction du muscle cardiaque après un infarctus, et protègent les reins chez les diabétiques. Les sartans sont souvent administrés en cas d’intolérance aux inhibiteurs de l’ECA.

Médicaments : candésartan, valsartan, olmésartan, irbésatam, losartan

Effets secondaires : toux sèche moins fréquente, réactions allergiques plus fréquentes (œdème de Quincke). Tel que décrit ci-dessus, il est impératif de consulter un médecin en cas de réaction allergique.

De nombreux médicaments peuvent soulager les symptômes du patient après un infarctus.

Les statines pour réduire le taux de cholestérol

Des taux élevés de lipides sanguins, en particulier le cholestérol LDL, présentent un risque d’artériosclérose et de pathologies coronariennes. En mettant un frein à la formation de cholestérol dans le foie, les inhibiteurs de la synthèse du cholestérol (par ex. les statines) contribuent à abaisser le niveau de cholestérol. Les statines entraînent également un effet positif sur les parois intérieures des vaisseaux sanguins et freinent vraisemblablement les processus d’inflammation et de thrombose.

Ainsi, la statine est un médicament incontournable, autant pour la réduction de lipides sanguins que pour la prévention d’infarctus ou de pathologies coronariennes. Il est recommandé de prendre la statine en soirée, la formation du cholestérol ayant surtout lieu au cours de la nuit.

Médicaments : simvastatine, atorvastatine, pravastatine, fluvastatine

Effets secondaires : Les statines peuvent entraîner des troubles gastro-intestinaux tels que constipation, ballonnements ou nausée, ainsi que des douleurs ou inflammations musculaires. Elles peuvent aussi faire augmenter les taux de glycémie ;  il importe donc d’effectuer des tests de glycémie régulièrement.

Les diurétiques permettent de diminuer le travail du cœur et d’abaisser la tension artérielle

En favorisant l’élimination d’un excédent d’eau et de sel par les reins, les diurétiques permettent de diminuer le travail du cœur et de faire baisser la tension artérielle. Ils sont parfois administrés après un infarctus afin de réduire le stress cardiaque dû à des excédents d’eau dans le corps.

Médicaments : furosémide, torasémide, hydrochlorothiazide, spironolactone

Effets secondaires : perte de sel entraînant des crampes aux mollets, ainsi qu’une baisse importante de la tension artérielle, accompagnée de vertiges

Les antagonistes du calcium diminuent le travail du cœur et abaissent la tension artérielle

En contribuant à réduire les contractions musculaires, les antagonistes du calcium permettent de diminuer l’entrée du calcium dans les cellules musculaires cardiaques. Les battements du cœur sont ainsi moins puissants et moins fréquents ; le cœur est moins sollicité, son besoin en oxygène diminue. Les artères coronaires, qui irriguent le cœur, s’élargissent, ce qui permet une meilleure circulation. L’élargissement des vaisseaux sanguins entraîne une baisse de la tension artérielle. Ce groupe de médicament n’est généralement administré qu’après un infarctus, lorsque d’autres médicaments tels que diurétiques, bêtabloquants, inhibiteurs de l’ECA n’entrainent pas de baisse suffisante de la tension artérielle.

Médicaments : amlodipine, nifédipine

Effets secondaires : fatigue, constipation, vagues de chaleur, bourdonnements d’oreilles, palpitations, œdème

Les vasodilatateurs pour favoriser l’élargissement des vaisseaux sanguins

Les nitrates agissent contre les douleurs thoraciques. Ils peuvent être administrés à titre préventif ou, sous forme de tablettes ou de spray, pour soulager des douleurs thoraciques. L’élargissement des artères coronaires entraîne une meilleure irrigation du muscle cardiaque, permettant ainsi de diminuer les douleurs. Les nitrates permettent aussi de réduire la tension artérielle, de sorte que le cœur effectue moins d’efforts. Leur impact sur la santé cardiaque étant plutôt limité, ils ne sont administrés que rarement après un infarctus, sauf pour améliorer à court terme l’irrigation sanguine. Les nitrates ne doivent pas être administrés conjointement avec des médicaments contre l’impuissance tels que le viagra, le lévitra ou le cialis, car cela pourrait entraîner une chute de la tension artérielle potentiellement fatale.

Médicaments : mononitrate d'isosorbide, trinitrate de glycéryle, dinitrate d'isosorbide

Effets secondaires : maux de tête, qui résultent de l’élargissement des vaisseaux sanguins. Chez certains patients, ces douleurs s’estompent après un certain temps, tandis que d’autres patients doivent interrompre le traitement.

Intégration du traitement dans la vie de tous les jours

Il est recommandé d’inscrire sur une liste le nom de tous les médicaments prescrits, ainsi que la dose, la fréquence et l’heure des traitements, et de toujours porter cette liste sur soi, par exemple dans votre « passeport cardiaque », que votre cardiologue peut vous procurer. Il est important d’y inscrire tous les changements, afin de s’assurer que les informations essentielles soient à portée de main en cas d’urgence.

En prenant vos médicaments toujours au même moment (par exemple après s’être brossé les dents, le soir), un oubli devient moins probable.

Il est important de suivre scrupuleusement les recommandations d’usage (par ex. avant ou après les repas). Un non-respect de ces directives pourrait diminuer l’efficacité du médicament ou entraîner l’apparition d’effets secondaires.

Des petits aide-mémoires peuvent contribuer à une prise régulière des médicaments. Accrochez une petite note sur la porte du frigo, déposez la boîte de comprimés sur votre table, ou programmez un rappel sur votre portable… tout autant de moyens qui vous permettront de ne pas oublier de prendre vos médicaments.

Texte: Helga Grafe – 08/2015
Traduction: MyH – 09/2015