Des mesures simples contre les complications de l’HTA

Une thérapie adaptée aux besoins du patient permet d'éviter des complications. (Photo: pixabay.com)

L’hypertension artérielle est une maladie relativement fréquente sous nos latitudes. Ses complications à long terme pouvant être fatales, un traitement optimal s’impose.

Au stade précoce, une élévation de la pression artérielle ne provoque que peu de symptômes. C’est la raison pour laquelle de nombreux patients sont peu enclins à modifier leur mode de vie ou à prendre un antihypertenseur. C’est pourtant une grave erreur, les complications à long terme pouvant être fatales.

Atteintes cardiaques, accidents vasculaires cérébraux et lésions rénales – ces complications et d’autres peuvent se manifester en l’absence de traitement antihypertenseur et avec le temps causer des atteintes organiques.

Dans le milieu médical, on qualifie d’hypertension artérielle une pression sanguine trop élevée. Dans sa définition, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé les limites à 140 mmHg pour la pression systolique (pendant la phase de contraction cardiaque) et à 90 mmHg pour la pression diastolique (pendant la phase de décontraction cardiaque). Les personnes dont les mesures dépassent une de ces deux valeurs durablement et dans des situations données ont une hypertension artérielle.

Cette maladie est fréquente dans les pays industrialisés. Comme l’ont montré de nombreuses études, il est difficile d’obtenir un chiffre précis. Il est probable qu’en Europe environ un quart de la population est en moyenne concernée, cette proportion pouvant aller jusqu’à trois quarts chez les personnes obèses, selon les estimations. La fréquence augmente avec l’âge et l’excès pondéral.

Des exercices réguliers et une saine alimentation ont un impact positif sur la tension artérielle. (Photo: pixabay.com)

Le plus souvent sans cause décelable

Une hypertension artérielle qui est la conséquence d’une maladie de base est qualifiée de secondaire. En font partie les augmentations de la pression dues à des maladies rénales, des troubles de l’équilibre hormonal, des tumeurs et des maladies vasculaires. Dans ces cas, il est bien entendu nécessaire de traiter ou de contrôler la cause. Mais, le plus souvent, aucune cause de l’hypertension artérielle n’est identifiée, celle-ci est alors qualifiée de primitive (ou d’essentielle).

Le sevrage tabagique, une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont des facteurs qui peuvent avoir un effet bénéfique sur l’élévation de la pression. Il existe en outre tout un éventail de médicaments pour obtenir un contrôle optimal de l’hypertension artérielle. Le traitement débute le plus souvent par un seul médicament. On peut y ajouter progressivement d’autres médicaments si l’efficacité est insuffisante, et ce jusqu’à l’obtention d’un contrôle suffisant de la pression. Certains patients ont besoin de quatre préparations, voire plus.

Il vaut toujours la peine de débuter précocement le traitement antihypertenseur pour mieux contrôler la pression artérielle. En effet, par rapport aux complications sévères qui menacent à long terme, la mise en œuvre de mesures de contrôle optimal de la pression artérielle est dans la plupart des cas peu de chose pour le patient.

Texte: Tribune médicale public /Dr Tobias Hottiger

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article