Hypertension artérielle: indolore et pourtant si dangereuse!

Il est important de vérifier la tension artérielle régulièrement.

L’hypertension artérielle est un facteur de risque majeur d’affections graves telles qu’infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral (AVC), insuffisance rénale et artériopathie oblitérante des membres inférieurs. Il est par conséquent important de connaître ses valeurs tensionnelles et de traiter une éventuelle hypertension dès que possible.

En Suisse, environ 20 à 25 % de la population sont hypertendus. Environ la moitié de cette population n’en a pas conscience. Et, parmi ceux qui se savent hypertendus, à peine la moitié est traitée – dont environ la moitié seulement est bien contrôlée.

Importance du contrôle précoce

Les cardiologues sont unanimes, il faut connaître ses valeurs tensionnelles dès l’âge de 20 ans. Si elles sont normales, un contrôle est indiqué tous les cinq ans. La probabilité en pourcentage de l’hypertension correspond environ au chiffre de l’âge. Ainsi, environ la moitié des quinquagénaires et environ 80 pour cent des octogénaires sont hypertendus.

Cette règle empirique n’est pas tout à fait applicable chez les personnes jeunes, parmi lesquelles il y a proportionnellement moins d’hypertendus. Toutefois, en cas de risque familial élevé – lorsque p. ex. le père a présenté tôt une hypertension ou a déjà fait un infarctus du myocarde vers 40 ans – il faut vérifier la pression et doser le cholestérol dès la jeunesse chez les descendants, et pas comme on le fait généralement à la cinquantaine.

Souvent asymptomatique

Le caractère insidieux de l’hypertension fait qu’on ne la remarque pas. La majorité des hypertendus sont asymptomatiques – et même s’ils devaient avoir des symptômes, ils sont non spécifiques, p. ex. des céphalées. Par conséquent, si vous voulez connaître votre pression, il faut la mesurer. À l’heure actuelle, il n’est même plus nécessaire de consulter pour cela. Un appareil d’auto-mesure approprié permet en effet de mesurer sa tension à domicile après avoir reçu les instructions nécessaires.

La pression doit être inférieure à 135/85 à domicile et inférieure à 140/90 au cabinet médical. Lorsque le médecin mesure une pression excessive au cabinet, il encourage le patient à faire des auto-mesures à domicile. On peut ainsi exclure un «effet blouse blanche» qui fait que le stress lié à la mesure en milieu médical a pour effet d’augmenter la pression et de donner des valeurs faussement élevées.

Facteurs de risque d’hypertension
- tabagisme, consommation régulière d’alcool
- prédisposition héréditaire
- âge
- diabète de type I et de type II
- alimentation riche en sel et en graisses
- stress chronique
- médicaments (p. ex. cortisone, aides-minceur)
- réglisse
- drogues (cocaïne, ecstasy etc.)

Des médicaments et un mode de vie sain

Le traitement antihypertenseur le plus approprié est individuel et ne peut pas être prédit. La recherche du traitement idéal est donc un processus qui doit faire son chemin. Il faut toutefois savoir que les médicaments ne sont pas la seule approche de la maladie hypertensive.

Un mode de vie sain avec une activité physique suffi sante, une alimentation équilibrée et une bonne gestion du stress peuvent sensiblement contribuer à la baisse de la pression artérielle, à condition bien sûr d’être discipliné et persévérant.

Texte: Tribune médicale public (uhl)

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article