Qu'est-ce que la sclérose en plaques?

En Suisse, environ 10 000 personnes souffrent de cette maladie inflammatoire auto-immune et chronique du système nerveux central. (Photo: Pixabay.com)

La sclérose en plaques (SEP) est souvent désignée de maladie aux 1000 visages. En effet, la SEP s’accompagne des symptômes les plus variés. Elle se manifeste principalement par des troubles de la vision, des problèmes de coordination, des troubles sensoriels et des paralysies dus à la présence de processus inflammatoires chroniques dans le système nerveux central.

A l’échelle mondiale, quelque 2,5 millions de personnes sont atteintes de sclérose en plaques. En Suisse, environ 10 000 personnes souffrent de cette maladie inflammatoire auto-immune et chronique du système nerveux central. Les premiers symptômes apparaissent le plus souvent soudainement, chez les deux tiers des personnes concernées à un âge entre 20 et 40 ans. Environ deux fois plus de femmes que d’hommes sont atteintes.

SEP – Ses causes et ses symptômes

La sclérose en plaques provoque à maintes reprises dans le système nerveux central, à savoir dans le cerveau et dans la moelle épinière, des foyers inflammatoires laissant des séquelles (lésions) et des cicatrices (scléroses). L’origine des inflammations se situe dans un dérèglement des cellules du système immunitaire. Ces cellules s’attaquent à ce que l’on appelle la gaine de myéline qui enrobe les fibres nerveuses, un peu comme la couche isolante d’un câble électrique. Si la couche de myéline est endommagée, les nerfs touchés ne peuvent plus transmettre les signaux aux système nerveux central, ou seulement de manière restreinte. 
Les symptômes en résultant dépendent de la localisation de l’inflammation. La palette des manifestations va des troubles de la vision, épuisement (forte fatigue) et faiblesse, mais aussi contractions musculaires (spasticité), jusqu’aux déficits cognitifs et psychiques. De nombreuses personnes ne connaissent que de faibles symptômes alors que d’autres doivent vivre très rapidement avec des séquelles et des déficits irréversibles.

Diverses thérapies permettent d'influencer l'évolution de la sclérose en plaques. (Photos: Pixabay.com)

SEP – Origine et évolution

On ne sait pas encore à ce jour pourquoi le système immunitaire attaque les cellules nerveuses du système nerveux central. L’influence de facteurs génétiques fait actuellement l’objet de recherches intensives. Ce qui ne signifie pas que la SEP soit directement héréditaire. Seule la prédisposition, donc la tendance à développer une SEP, est héréditaire. Des éléments environnementaux comme des infections pendant l’enfance, ou d’autres aspects comme une carence en vitamine D ou une alimentation mal équilibrée peuvent accentuer cette tendance. 

L’évolution de la SEP se produit dans la plupart des cas par poussées. Ces phases aiguës peuvent durer de quelques jours à plusieurs mois. Une fois la poussée de SEP terminée, les symptômes disparaissent entièrement, ou partiellement. La durée et la fréquence de ces poussées varient d’un patient à l’autre. Pour la moitié d’entre eux, l’évolution récurrente/rémittente mène à un autre stade de la maladie au bout de quelques années. Les troubles s’aggravent alors en permanence, également entre les poussées.

SEP – Diagnostic et traitement

Un diagnostic confirmant un soupçon de SEP nécessite diverses procédures de diagnostic . Parmi les principales, on compte la résonance magnétique nucléaire et l’analyse du liquide céphalo-rachidien.

Si le diagnostic de SEP est établi, il convient de mettre rapidement au point un programme de traitement adapté spécifiquement aux signes cliniques personnels du patient. En effet, même si l’on ne guérit pas d’une SEP, un traitement précoce est en mesure d’en retarder l’évolution et la progression.

On fait la distinction entre traitement de base, traitement des poussées et traitement des symptômes.

  • Le traitement de base de la SEP, ou traitement à long terme, vise à agir sur le dérèglement de la réaction immunitaire déclenchant la maladie.
  • Le traitement des poussées de SEP atténue la réaction inflammatoire aiguë pendant une poussée.
  • Le traitement des symptômes de la SEP se consacre aux troubles individuels du patient.

Il est important de savoir que la SEP n’est pas une maladie mortelle. Avec un traitement sérieux, les personnes atteintes de SEP ont aujourd’hui une espérance de vie pratiquement égale à celle des personnes non touchées. Vous trouverez de plus amples informations sur l’apparition, l’évolution et le traitement de la SEP sur le site www.forts-avec-la-sep.ch.

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article