Diabète et voyage en avion

Pour les personnes diabétiques, il est primordial de planifier les voyages très soigneusement. (Photo: Pixabay.com)

Il est connu que la période estivale, en principe synonyme de vacances, apporte aussi son lot de stress. Réserver, préparer les bagages, prendre l’avion, et maintes autres choses auxquelles il faut penser n’en sont que quelques exemples. Nous vous proposons certaines mesures qui vous permettront d’être prêt pour le voyage et de profiter au maximum de vos vacances.

Planification et préparation

Pour garder les meilleurs souvenirs de vacances, mieux vaut également bien préparer – suffisamment tôt – les voyages en avion. Ce faisant, il faut savoir qu’il est officiellement toléré d’être en possession d’insuline en cabine. Il est toutefois recommandé de se faire établir par son médecin traitant une attestation qui confirme la maladie diabétique et qui informe sur la nécessité d’avoir sur soi un certain nombre d’accessoires. Il est par ailleurs recommandé de disposer d’une bonne couverture d’assurance et d’être à jour pour ses vaccins.

Liste de vérification

La précipitation n’est pas bonne conseillère et, immanquablement, elle nous fait oublier « quelque chose ». Ainsi, outre les choses du quotidien comme la tenue vestimentaire, les lunettes de soleil, etc., les personnes diabétiques doivent avoir sur elles un certain nombre d’accessoires qui leur sont propres:

  • médicaments (hypotenseurs, hypolipémiants, etc.)
  • insuline
  • seringues et/ou stylos/pens, sans oublier les aiguilles à stylos
  • glucomètre et bandelettes réactives
  • bandelettes de test urinaire et de test
  • de l’acétone
  • pompe à insuline et accessoires, dont batteries
  • stylo-piqueur et lancettes
  • comprimés de sucre de raisin
  • pain suédois (Knäckebrot), fruits secs, barres énergétiques, etc., pour pouvoir réagir en cas d’hypoglycémie
  • kit avec seringue à glucagon
  • carnet d’auto-surveillance glycémique
  • certificat médical de diabétique, certificat de vaccination, carte de donateur de la REGA, certificats médicaux, adresses en cas d’urgence.

Il est par ailleurs recommandé de transporter au moins une partie des accessoires dans les bagages à main, car on ne peut exclure que des bagages se perdent.

Adapter le traitement au décalage horaire

Les personnes diabétiques sous sulfonylurées ou glinides doivent aussi pouvoir prendre des repas réguliers lorsqu’ils voyagent. L’insuline sera administrée invariablement dans la mesure où le décalage horaire ne dépasse pas 3 à 4 heures. En cas de voyage en avion de plusieurs heures, des adaptations s’imposent. En cas de vols vers l’Ouest (États-Unis ou Amérique du Sud par exemple) la journée de voyage s’allonge, d’où la nécessité d’augmenter la dose d’insuline basale. En cas de vol vers l’Est (Inde ou Thaïlande par exemple) la journée de voyage se raccourcit, d’où la nécessité de réduire la dose. Pour le vol retour, la situation s’inverse. Lorsque vous arrivez, il est impératif de régler toutes les horloges (montre-bracelet, téléphone et ordinateur portables, etc.).

Activités et alimentation à destination

Pour de nombreux estivants, les activités physiques et l’alimentation vont changer par rapport à celles qu’ils avaient chez eux. La règle veut que l’on adapte la médication ou les doses d’insuline au changement de situation. Les troubles gastro-intestinaux compliquent les choses dans la mesure où ils conduisent souvent à des hypoglycémies. Si possible, buvez par gorgées une boisson sucrée (p.ex. du Coca Cola ou du thé très sucré), et, en cas de fortes pertes hydriques, du bouillon salé. Si les vomissements persistants empêchent l’hydratation, il faut consulter un médecin sans délai. Il faut par ailleurs savoir qu’en cas de maladie fébrile le besoin en insuline est augmenté.

Attention : insuline U-100 !

L’insuline à concentration de 100 unités par millilitre est utilisée dans de nombreux pays. Mais il peut tout de même arriver que de l’insuline U-40 ou U-80 soit encore commercialisée. Vos seringues et stylos à insuline ne doivent être utilisés qu’avec de l’insuline U-100 sous peine de vous exposer à des hyperglycémies sévères.

Pour plus d’informations sur le diabète et les voyages en avion, contactez diabètesuisse et votre médecin traitant. Nous vous souhaitons de bonnes vacances et un agréable séjour !

Texte: Tribune médicale public / 08-2017

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article