Centre de recherche: Center for Disability and Integration

Bill Clinton hielt bei der Eröffnung des CDI eine Rede (© Universität St. Gallen (HSG), Hannes Thalmann)
Bill Clinton prononce un discours lors de l'inauguration du CDI. (Photo: (© Universität St. Gallen (HSG), Hannes Thalmann)

Le CDI (Center for Disability and Integration) de l’Université de Saint-Gall a été inauguré le 5 novembre 2009 par Bill Clinton, président d’honneur de la Fondation MyHandicap. Cet institut de recherche, soutenu par la Fondation MyHandicap, vise à favoriser l’intégration économique des personnes handicapées.

Le 6 septembre 2007, l’Université de Saint-Gall et MyHandicap International ont fait part de leur intention de mettre sur pied un centre de recherche et d’enseignement dans le domaine de la gestion de l’incapacité (Disability Management). C’est donc en mars 2009, à peine deux ans plus tard, que le CDI est entré en fonction.

Le principal objectif du CDI consiste à poursuivre des recherches dans le domaine de l’intégration économique des personnes en situation de handicap. Les recherches effectuées au CDI se consacrent entièrement aux objectifs fixés et poursuivis par les chercheurs, et sont tout à fait indépendantes des opérations menées par la Fondation MyHandicap.

La Fondation demeure néanmoins un partenaire important du CDI. En particulier, le transfert des connaissances acquises à travers le travail de la Fondation contribue de façon significative aux recherches effectuées par le CDI. Parallèlement, le portail internet de la Fondation offre une plateforme importante pour la publication et la dissémination des résultats de recherche obtenus par le CDI.

Théorie et pratique

Les connaissances acquises grâce aux divers projets de recherche bénéficient aux personnes handicapées ainsi qu’aux institutions privées ou sociales et contribuent ainsi à favoriser et à soutenir l’intégration économique des personnes en situation de handicap. Une telle démarche nécessite toutefois un solide fondement théorique.

Il importe, entre autres, de vérifier quels facteurs sont en cause dans l’augmentation du nombre de personnes handicapées, ou encore, dans la difficulté qu’ont de nombreuses entreprises à faciliter l’intégration de ce groupe de personnes au sein de leurs rangs. En outre, le CDI poursuit une démarche pratique, c’est-à-dire qu’il met l’accent sur la mise en œuvre des mesures pratiques qui découlent des résultats des recherches. Cela implique toutefois que les coûts et les avantages engendrés par les mesures proposées doivent être mesurables d’un point de vue quantitatif.

D’un point de vue global: études économiques

La tâche principale du CDI consiste à contribuer de façon durable, en s’appuyant sur les connaissances acquises au cours de leurs travaux de recherche, à l’intégration économique et professionnelle des personnes en situation de handicap. Contrairement à l’approche privilégiée par de nombreux domaines des sciences sociales, le CDI ne tient pas compte uniquement des avantages qu’une telle démarche représente pour les personnes concernées. Il cherche davantage à explorer et à évaluer les coûts engendrés et les avantages générés non seulement pour les personnes handicapées mais également pour les entreprises et la société. En effet, seul lorsque ces coûts sont connus sera-t-il possible d’élaborer des solutions viables et acceptables.

A petite échelle: solutions d’entreprises

Les recherches effectuées par le CDI dans le domaine de l’économie d’entreprise s’attardent principalement sur l’intégration des personnes handicapées en milieu professionnel. A cet effet, deux questions principales : d’abord, comment l’intégration – ou la réintégration -des personnes handicapées peut-elle être favorisée, et ensuite, comment s’assurer qu’elles puissent maintenir un emploi de façon durable au sein d’une entreprise.

Inauguration du CDI par Bill Clinton, ancien président des Etats-Unis.

Le CDI fût inauguré le 5 novembre 2009 au cours d’une cérémonie festive, et remis entre les mains de la communauté de recherche internationale. A cette occasion, Bill Clinton, président d’honneur de la Fondation MyHandicap, y prononça un discours fort inspirant.