«Je suis devenu examinateur afin d’aider les personnes qui ont des difficultés d’apprentissage à mieux comprendre»

Deux employés du bureau pour une langue facile à lire de Pro Infirmis en entretien.

Le bureau francophone de traduction en langage simplifié de Pro Infirmis traduit des textes en langue facile à lire. L’offre s’adresse à des organisations qui veulent rendre leurs informations plus compréhensibles. Des personnes ayant des difficultés en lecture travaillent aussi au bureau de traduction en langage simplifié. Ils examinent en petit groupe la compréhensibilité des textes traduits.

Deux d’entre eux, Lucrazia Fopp et Hanspeter Roost, nous racontent leurs premières expériences.

MyHandicap: Lucrezia Fopp et Hanspeter Roost, pourquoi êtes-vous devenus examinateurs?

Lucrezia Fopp: Parce que Pro Infirmis me l’a demandé. J’ai donc décidé d’essayer.

Hanspeter Roost: Tout d’abord, la langue facile à lire est intéressante et me permet d’apprendre. Certains textes sont si compliqués que les personnes ayant des difficultés en lecture ne les comprennent pas. Je suis devenu examinateur afin d’aider ces personnes à mieux comprendre les textes.

MyHandicap: Combien de fois avez-vous déjà travaillé au bureau pour une langue facile à lire?

Lucrezia Fopp: Jusqu’à présent, environ vingt fois. J’apprécie venir deux fois par semaine. Trois fois, c’est trop pour moi.

Hanspeter Roost: Il n’y a que le lundi ou le samedi que je peux venir travailler ici. Au magasin, ils ne peuvent pas se passer de moi. Je viens volontiers quand j’ai congé. Cela me fait sortir un peu. C’est important pour moi de changer de décor.

Lucrezia Fopp: Je travaille à 40% et viens aussi volontiers durant mon temps libre.

MyHandicap: Êtes-vous payés pour ce travail?

Hanspeter Roost: Oui, mais je ne le fais pas que pour l’argent. Je le fais parce que j’ai du plaisir à le faire.

Lucrezia Fopp: J’apprécie recevoir un petit salaire. J’économise, notamment pour les vacances.

Le bureau pour une langue facile à lire traduit des textes compliqués en textes compréhensibles.

MyHandicap: Pourquoi a-t-on besoin de textes en langue facile à lire?

Lucrezia Fopp: Car il existe de nombreux mots compliqués. C’est mieux lorsqu’ils sont écrits de manière simple et que je les comprends.

Hanspeter Roost: Souvent, quand j’achète un appareil, le mode d’emploi est si compliqué que je désespère.

Lucrezia Fopp: Je ne comprends rien aux nouveaux distributeurs de billets des CFF. Je dois aller au guichet pour acheter un billet. Si c’était plus simple, je le ferais volontiers moi-même.

MyHandicap: Qu’avez-vous appris grâce à votre activité?

Lucrezia Fopp: J’ai appris à reconnaître les mots difficiles. Par exemple, je ne savais pas ce que «principes fondamentaux» ou «personnes avec des limitations cognitives» signifiaient.

MyHandicap: Est-ce vous lisez durant votre temps libre?

Lucrezia Fopp: Oui, j’aime beaucoup lire «L’histoire sans fin» ou «Momo» de Michael Ende.

Hanspeter Roost: J’aime lire, et je lis aussi sur Internet. Quand je ne comprends pas quelque chose sur Wikipédia, j’écris au responsable de la page.

MyHandicap: Pour terminer, souhaitez-vous rajouter quelque chose?

Hanspeter Roost: Je pense qu’il serait important que tout soit écrit de manière plus simple au quotidien. Afin qu’on puisse mieux se débrouiller.

Lucrezia Fopp: Je trouve très bien que d’autres personnes puissent comprendre davantage de textes grâce au bureau pour une langue facile à lire.

Texte & photos: MyH / Helena Jansen - 06/2018
Traduction: MyH – 07/2018

Vous avez des questions? N'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum!

Liens relatifs à cet article